Forum technique de RadioProtection Cirkus

Le portail de la RadioProtection pratique et opérationnelle - www.rpcirkus.org
 
RP CirkusRP Cirkus  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Mar 12 Avr 2011 - 17:17

Je vous mets à charger iciun lien avec un fichier pdf à charger, par un doyen honoraire de la fac de médecine de ClermontFerrand, qui a du paraître zn 1998.
C'est en Mai dernier, une émission d'ARTE sur la biodiversité sur la zone d'exclusion de Tchernobyl, une toubiba américaine disait avoir mis en évidence le phénomène d'hormésis et voulait préparer un protocole qui aurait permis de mieux résister aux effets collatéraux des chimio ou radiothérapie, par renforcement des défenses naturelles. Mais lorsque l'on parle d'ARTE dans le domaine du nucléaire ou de la radioprotection... en général je fuis.. J'avais du m'endormir devant l'émission pour me réveiller sur ce passage.
@+
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Mar 12 Avr 2011 - 18:46

J'ai vu ce reportage (j'aime bien arte Embarassed) ; D'une part il me semble qu'il s'agissait d'une étude liminaire sur la biodiversité de la vie végétale et animale et non d'effet sur les humains qui par définition ne sont plus dans la zone d'exclusion (sauf exception me semble-t-il ?) et d'autre part nous ne sommes plus vraiment dans le domaine de la radioactivité dite "naturelle" telle qu'évoquée plus haut mais très exactement à son opposé avec un recul minime de 25 années à l'échelle des radioéléments "géologiques".
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Mar 12 Avr 2011 - 19:01

Il me semble me souvenir qu'il s'agissait de souris...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Mar 12 Avr 2011 - 19:52

Bonsoir
Nous l'avons même mis en lien dans le forum et nous en avons touché deux mots sur le site.
http://www.rpcirkus.org/documentation/environnement-public/124-autour-de-tchernobyl
Comme quoi je suis aussi à l'écoute de l'hormésis.
Vigilant et prudent.
Regardez aussi le site (pas uniquement le forum) ! Quand on vous dit qu'il y a de nombreux documents...
KLOUG
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Jeu 14 Avr 2011 - 16:50

trifouillax a écrit:
J'ai vu ce reportage (j'aime bien arte Embarassed) ;

Vous aimez bien ARTE... Je trouve que ce sont des propagandistes invétérés, sans aucune retenue.
Je vous mets ici un texte que j'ai en stock.

Il y a un an Arte a proposé un documentaire de Laure Noualhat de "Libé" sur les déchets radioactifs.
Documentaire mémorable par certains passages.
Enquêtant sur des pollutions nucléaires dans l’Oural, sur la rivière Techa, suite à différents accidents nucléaires historiques. On voit un technicien Criirad gambader avec un compteur Geiger à la main.
Il est sensé se balader sur un terrain fortement contaminé. Dans ce cas la moindre des choses est de porter des sur bottes en plastique et une blouse, pour que tout cela puisse ensuite aller dans les déchets nucléaires à retraiter (incinérer-ça se fait- ou laverie spécialisée) cela a surtout l’avantage de ne pas contaminer le voisinage avec ses vêtements et ses chaussures. Point de tout cela. Il ne porte pas de dosimètre, il ne sait pas s’il se fait griller ou non. Il déplace son compteur un peu n’importe où, au sol, plus haut. Alors que lorsque l’on fait une telle mesure il y a une hauteur réglementaire à adopter de telle façon que l’on sache de quoi on parle, en principe (sauf erreur) c’est 80cm la hauteur des gonades, les parties les plus sensibles aux radiations. Son compteur grésille à fond, l’aiguille est à saturation. Lorsque l’on emploie un voltmètre, on règle le calibre sur une valeur adéquate, si l’on veut mesurer du 240 volts, on se met sur le calibre 600V, et pas sur le calibre 20V, sinon on ne mesure rien. C’est ce qu’il fait, le compteur n’a pas le bon calibre, le technicien ne peut rien mesurer. On voit que l’aiguille est dans le rouge !! Terrible, atroce.. !Sauf que le rouge en question ça ne sert uniquement que pour vérifier la charge de la batterie de l’appareil. Enfin de l’enfumage complet du pauvre téléspectateur.
Le technicien fait un prélèvement de terre, il faut cela à mains nues, alors que la moindre des choses serait de mettre des gants. Il met son prélèvement dans un emballage qui n’est conforme à aucun standard. Et il exporte cela de France en Russie, sans demander aucune autorisation. L’importation de déchets nucléaires est interdite en France, c’est la plus grosse amende prévue par le Code Pénal dans les 8 millions d’euros.
Arrivé dans son labo du côté de Valence il ressort son prélèvement à mains nues pour analyses. Et là il trouve des becquerels de césium.
Mais que devient son prélèvement ? Le remet-il à l’ANDRA comme la Loi le prévoit ? Ou ce prélèvement va-t-il constituer un élément dans un stockage pirate de déchets nucléaires hors du contrôle des autorités, ou finir dans un fossé du coin ?

Mais je vais terminer avec l’histoire fabuleuse du type de la Criirad qui importe des déchets nucléaires en France en provenance de l’Oural.
Il faut savoir qu’il y a une réglementation européenne sur la radioprotection, c’est la directive de l’UE publiée au JO de l’UE le 29 juin 1996 (114 pages je peux vous la mettre à disposition), 10 ans après Tchernobyl (les rédacteurs ont fait attention à ce qu’ils écrivaient...), la synthèse de 60 années de recherches en radioprotection et de milliers d’études dans le monde.
On peut disposer chez soi, sans déclaration particulière 10kBq de césium 137 à condition que la concentration de ce radioisotope soit inférieure à 10kBq/kg. Et comme cela il y un tableau qui donne les valeurs max admissibles, isotope après isotope. Heureusement qu’il y a une limite inférieure à la déclaration, ça permet d’avoir chez soi un réveil matin avec des aiguilles phosphorescentes, ou un morceau de granite breton.
Si l’on reprend la vidéo de l’émission de Laure Noualhat, et que l’on estime la quantité de terre/boue prélevée, de l’ordre à vue de nez de 2 kg, avec une concentration de 4kBq/kg..
Soit inférieur à ce qui peut être assimilé à un déchet.
Donc ce déchet sensé être ramené en catimini, ce n’était rien du tout !
C’est de l’enfumage complet du péquin moyen. Ils instillent de la frousse dans l’esprit des téléspectateurs en même temps qu’ils déconsidèrent les scientifiques russes qui sont sensés ne pas avoir réfléchi à la question, ainsi que des Français et de l’AIEA qui sont en mission là-bas.

J'aimerais avoir votre commentaire sur ce texte.
J'attends que la Criirad dépose une plainte contre moi pour diffamation.. mais ça tarde..
@+
Revenir en haut Aller en bas
Klax
Homme-canon
Homme-canon



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Jeu 14 Avr 2011 - 16:57

Citation :
c’est la directive de l’UE publiée au JO de l’UE le 29 juin 1996 (114 pages je peux vous la mettre à disposition
ils n'ont pas un lien sur leur site ? Si non, je suis preneur du doc...


_________________
J'aime pas les matins...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpcirkus.org
Scully
Contorsionniste
Contorsionniste



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Jeu 14 Avr 2011 - 17:05

Attention à ne pas dériver de trop du sujet. Il ne s'agit pas ici de critiquer telle ou telle organisation.

Mulder a écrit:

J'aurais aimé savoir, par l'avis des nombreux contributeurs avertis de ce forum, quel est donc le scénario du pire que l'on peut imagniner pour l'avenir concernant l'accident (on ne parle pas encore de catastrophe) nucléaire en cours à Fukushima ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Jeu 14 Avr 2011 - 17:19

Klax a écrit:
Citation :
c’est la directive de l’UE publiée au JO de l’UE le 29 juin 1996 (114 pages je peux vous la mettre à disposition
ils n'ont pas un lien sur leur site ? Si non, je suis preneur du doc...

Vous pouvez toujours charger le fichier ici http://dl.free.fr/pn1Azdtca click droit sur le lien et "enregistrer la cible sous..."
C'est un pdf dans les 13Mo.
@+
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Jeu 14 Avr 2011 - 17:27

[quote="Scully"]Attention à ne pas dériver de trop du sujet. Il ne s'agit pas ici de critiquer telle ou telle organisation.

"Arracher une plume à un oiseau est une vilaine action, arracher un poil à un cochon est toujours une bonne action" (proverbe turc).
Mais vu la notorété médiatique de cette équipe et du cirque médiatique qui a suivi l'émission passée sur Arte, remettre un peu les pendules à l'heure cela me semble honnête.
D'autant je vais faire une petite conférence mardi sur la radioprotection à destination de jeunes "taupins" imbibés de la bonne pensée médiatique, alorsd avoir le sentiment de spécialistes m'importe.
@+
Revenir en haut Aller en bas
Klax
Homme-canon
Homme-canon



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Jeu 14 Avr 2011 - 17:39

@krolik : merci

_________________
J'aime pas les matins...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpcirkus.org
Fred
Homme-canon
Homme-canon



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Jeu 14 Avr 2011 - 17:49

krolik a écrit:
Arracher une plume à un oiseau est une vilaine action, arracher un poil à un cochon est toujours une bonne action" (proverbe turc).
Le premier qui s'pproche, je le mords!!!

_________________
Fred :pig:
Revenir en haut Aller en bas
Scully
Contorsionniste
Contorsionniste



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Jeu 14 Avr 2011 - 18:07

Fred,

Scully a écrit:
Attention à ne pas dériver de trop du sujet. Il ne s'agit pas ici de critiquer telle ou telle organisation.

"Arracher une plume à un oiseau est une vilaine action, arracher un poil à un cochon est toujours une bonne action" (proverbe turc).
Mais vu la notorété médiatique de cette équipe et du cirque médiatique qui a suivi l'émission passée sur Arte, remettre un peu les pendules à l'heure cela me semble honnête.
D'autant je vais faire une petite conférence mardi sur la radioprotection à destination de jeunes "taupins" imbibés de la bonne pensée médiatique, alorsd avoir le sentiment de spécialistes m'importe.
@+

Soit mais ça fait dériver le sujet assez loin de la question initiale. Mieux vaut créer un autre sujet à ce moment là.
Revenir en haut Aller en bas
Klax
Homme-canon
Homme-canon



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Jeu 14 Avr 2011 - 18:50

Ayé
ce nouveau fil centralise le débat sur les médias et le nucléaire.

Quelques rappels : pas de trolls, pas de descente en règle d'un reportage sans arguments à l'appui, on reste dans le technique, pas dans le politique, le tout dans la bonne humeur qui fais ressortir nos sourires de klowns.

klax

_________________
J'aime pas les matins...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpcirkus.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Jeu 14 Avr 2011 - 19:07

Bonsoir
Et merci maître des pixels

Pour reprendre les commentaires de Krolik concernant le reportage d'ARTE en collaboration avec Laure Noualhat de "Libé" sur les déchets radioactifs, je me souviens même si je n'ai pas une très bonne mémoire visuelle, que tout n'était pas à jeter. Cela posait même de bonnes questions sur l'uranium.
Je reste avec mon idée de peser toujours le pour et le contre et d'avoir une attitude interrogative.

Concernant les doucments d'associations comme la CRIIRAD nous en avons donné un exemple dans la gazette n°5 d'avril 2010 du cirkus. C'était sur les parasurtenseurs.

Pour en revenir au reportage d’ARTE cité ici, beaucoup d’entre nous l’ont regardé. Il y avait de quoi être un tantinet agacé, je vous l'accorde. N’ayant pas une très bonne mémoire visuelle (je vous l'ai dit), je me souviens quand même que j’avais des interrogations similaires à celle de krolik sur le côté technique. Je vais le faire style avocat du diable (ou second degré) mais pas complètement :
- pas de protection vestimentaire ou le strict minium. Étrange sur un terrain contaminé (fortement dites-vous ?)
- pas de dosimètre visible (il devait l’avoir dans la poche pour ne pas le perdre…)
- je n’ai jamais trouvé dans la réglementation française une hauteur réglementaire (peut-être une norme mais pas sûr du tout). Alors pourquoi pas 50 cm plutôt que 80 ou 1 mètre ?
- il suffit d’un DG5 et d’un morceau de granit rose pour le faire « chanter ». Pas difficile je le fais avec des élèves de CM2 à Fontenay-aux-Roses.
- portait-il des gants ? Je ne m’en souviens pas, mais c’était une bonne précaution à prendre. Ne serait-ce que pour garder les mains propores
- il avait sans doute une autorisation pour emporter la terre et faire des mesures plus précises en laboratoire, ça l’histoire ne le dit pas.
- qu’a-t-il fait de la terre ? Mis en entreposage de déchets j’imagine…
- la terre ? Un déchet ? Ah bon ?

On peut disposer chez soi, sans déclaration particulière 10kBq de césium 137 à condition que la concentration de ce radioisotope soit inférieure à 10kBq/kg.
Oui tout à fait et une seule des deux conditions suffit. Par contre pour le réveil matin avec des aiguilles phosphorescentes au radium ce n’est pas si sûr (même valeur que pour le césium d’ailleurs). Il vaudrait mieux d’ailleurs le rendre à l’ANDRA si on ne s’en sert pas pour vérifier ses appareils de mesure.

Si l’activité de ce « déchet » était inférieure aux seuils d’exemption, effectivement ce n’était pas si grave. Mais ce reportage a eu un impact médiatique certain notamment sur les personnes peu familières avec les notions scientifiques ou adeptes de la théorie du complot. Pas si simple de faire de la vulgarisation scientifique sauf quand on veut s’en donner la peine, alors là c’est pas sorcier…

Et pour reprendre une phrase chère à la CRIIRAD, toujours cité dans leurs rapports (sur Fukushima apr exemple) :
Une exposition ajoutée de 10 microSieverts par an au-delà de laquelle la directive Euratom 96/29 considère que l’impact d’une pratique n’est pas négligeable sur le plan de la radioprotection.
L’association, vous le remarquerez, ne parle jamais de l’exposition naturelle que nous recevons tous par jour
A croire qu’il y une différence entre un rayon gamma naturel et artificiel.
De manière naturelle, nous sommes exposés par jour à environ 5 à 6 microsieverts ! Et même en grossissant le trait et pour faire simple au niveau calcul en supposant que nous soyons exposés à 3.65 mSv par an cela donnerait 10 microsieverts par jour ! Soit 365 fois plus de l’exposition ajoutée.
Mais chuttttttttttttttttttttt ! Very Happy

KLOUG
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Jeu 14 Avr 2011 - 19:23

Bonjour à tous,

idée risquée, ce forum, le sujet est chaud! Mais bon, voici mon offrande: un édito de la BBC qui m'avait un peu soufflé:

http://www.bbc.co.uk/news/world-12860842

100mSv par mois, 1,2 Sv par an, il y allait fort... Et quelques autres trucs m'avaient surpris (le bilan humain de Chernobyl se limitera à quelques dizaines de morts? Vraiment?). Mais bon, je n'y connais pas grand-chose, c'est pour ça que si ça intéresse quelqu'un de réagir...

Si j'ai le temps, ça vaudrait peut-être le coup aussi que je fasse une compil' des œuvres complètes de l'expert de Imperial College utilisé par la BBC, Malcolm Grimston, qui a plus ou moins passé les premiers jours à dire que tout allait bien ou presque; son optimisme permanent a d'ailleurs fini par me convaincre, ignorant que je suis, que tout allait mal au contraire, comme quoi c'est pas toujours une bonne idée d'apparaître trop systématiquement optimiste si on veut rassurer les gens (il m'a semblé que les représentants de l'ASN faisaient un bien meilleur travail). Là encore, les réactions sont les bienvenues.

En bonus pour krolik (cf. son autre post, qui a déclenché l'ouverture de ce forum), le lien ci-dessous:
http://www.greenpeace.org/international/en/news/Blogs/makingwaves/update-from-the-field-radiation-team/blog/34264
C'est sûr que les ricains, c'est autre chose que la Criirad. On devrait les inviter à faire de la formation.... Very Happy

PG
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Jeu 14 Avr 2011 - 20:55

@Kloug,

Vous êtes un avocat pour l'indéfendable, c'est la vocation des avocats!!
Je suis allé camper à l'époque sur le blog de Noualhat!
En fait ils n'avaient aucune autorisation pour faire aucun prélèvement, aucune expédition, et mettre une blouse les aurait fait repérer..
Ils étaient complètement hors la loi russe, hors la loi française.
Que sont devenus les prélèvements..
La Crirad n'avait pas le choix, ou bien c'était des déchets et ils n'avaient pas l'autorissation d'en importer et d'en détenir, ou bien c'était... rien du tout, seulement du cirque. Mais ici le cirkus on connait.
Noualhat a essayé de repasser sur son blog quelques articles dans le même style, mais en s'y mettant à deux et en lui tappant la figure régulièrement on est arrivé à lui faire retirer un article sur le sujet du ré-enrichissement de l'U retraitement , Elle n'avait rien compris à rien. Et elle s'est tu pendant 6 mois, Mais avec Fukushima elle est repartie sur le terrain de cette aubaine.
Je pense que je vais aller y retourner camper..

Vous dîtes que tout n'était pas à jeter dans ce reportage. Je pense au contraire que si.
Ils auraient pu faire un reportage intéressant avec des réponses à de bonnes questions.
Ce devait être Rivasi qui interviewée dans le reportage évoquait le fait que le bateau de transport pouvait couler.. Dans le débat qui a suivi, cela a été répété.. devant les representants d'EDF et d'AREVA.. Et les types d'opiner la tête.. Oui la bateau peut couler!!
Une vraie pitrerie, car le bateau en question, le Montlouis à l'époque avait coulé éperonné par le travers au large d'Ostende, Août 1984. Que Noualhat ne le sache pas ça montrait seulement qu'elle ne gratte pas ses sujets.. Mais des chevaux de retour comme Rivasi fassent l'omission..Je me suis demandé de qui on voulait se moquer. Les "officiels" d'EDF et d'AREVA faisaient "profil bas", se demandant ce qui allait leur tomber sur le crâne. Ils avaient classiquement le "nucléaire douloureux".
Il faut dire qu'à la suite du naufrage, des prélèvements d'eau de mer avaient été réalisés, et avaient montré qu'il y avait effectivement de l'uranium dans l'eau de mer, sauf que l'uranium en question resortait d'un enrichissement à 0,707%, de l'uranium naturel ramené par le Rhin qui montre ainsi son caractère alpin. De l'U partant pour un ré-enrichissement aurait eu un enrichissemenbt supérieur et surtout la présence d'autres isotopes d'uranium.

Ils auraient pu parler dans ce reportage des raisons qui font que depuis des dizaines d'années on fait ré-enrichiur en Russie..
- la nécessité d'avoir un contact avec le milieu fermé du nucléaire soviétique.
- le problème du ré-enrichissement des isotopes d'uranium plus légers que le 235 et qui au besoin sont émetteurs gamma et tout à fait aptes à conchier des compresseurs ou des bols de centrifugation.
- l'avancée technologique des russes dans l'épuration moléculaire des isotopes pairs de l'uranium par laser à vapeur de Cu. je suis sûr qu'en prenant les gars de SibirKhimkombinat à Tomsk-7 (Seversk maintenant) dans le sens du poil dans le sens "-Oh ce que votre laser Cu est beau.." Ils auraient violontiers "causé". J'ai pris assez de cuites à la vodka avec ces gars. Au lieu de leur faire un lmauvais procès avec le stockage extérieure des conteneurs 48Y, alors qu'aux USA par exemple, le stockage de surface est habituel.


De même lors des débats ultérieurs avec les "officiels" d'AREVA et d'EDF la question aurait pu être posée de savoir comment AREVA allait résoudre ce problème causé par la présence de ces isotopes émetteurs gamma.
- ils admettent dans Georges Besse II que certaines cascades de centrifugation deviennent seulement accessibles en télémanipulation.
- ils rachètent le procédé russe au laser.
- ils ont développé un autre procédé d'épouration..
Enfin un truc intéressant qui réponde à des questions.

Mais pour en revenir à la Criirad, ils sont à part entière dans le paysage nucléaire français.
Ils ont des idées, ils cornent leurs idées dans les médias, aucun de leur papier ne fait référence à aucune publication antérieure, ce qui leur permet de "faire du neuf" avec des vieux truc connus. Et l'IRSN suit, se refait les études..
A un moment le Conseil Général de la Drôme avait proposé de faire un "pôle d'excellence" de radioprotection à Valence, la réunion côte à côte de la Criirad et de l'IRSN . Cela aurait été fabuleux!!!

^@Pierre
Je suis allé voir le site que vous conseillez par greenpeace, je ne vois pas en quoi il est intéressant / spécifique, du baratin habituel, aucun chiffre, où est la formation du public? Galia Ackerman et/ou Wladimir Tchertkoff a fait bien plus fort avec Tchernobyl
@+
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Jeu 14 Avr 2011 - 21:20

Bonsoir
Il faut bien avouer que les arguments que tu avances
krolik a écrit:
De même lors des débats ultérieurs avec les "officiels" d'AREVA et d'EDF la question aurait pu être posée de savoir comment AREVA allait résoudre ce problème causé par la présence de ces isotopes émetteurs gamma.
- ils admettent dans Georges Besse II que certaines cascades de centrifugation deviennent seulement accessibles en télémanipulation.
- ils rachètent le procédé russe au laser.
- ils ont développé un autre procédé d'épouration..
Enfin un truc intéressant qui réponde à des questions.
sont diablement intéressants. Un de mes anciens collègues du SPR Saclay avait quant a lui un doute sur le recyclage de cet uranium. Il était plutôt convaincu que les soviétiques gardaient le tout pour renvoyer de l'uranium neuf. Ce qui finalement revient aux questions que tu poses si ce n'est pas le cas
Mais dans le reportage il aurait fallu vulgariser pour être accessible. Et ça n'est pas donné à tout le monde, à peu de gens en fait.
Cet uranium-238 aurait pu être fort utile avec des réacteurs rapides.
Dommage car génération IV vient de prendre un coup dans le travers après Fukushima. On en reparlera peut-être dans 20 ans, quand il y uara moins d'énergie et que tout le monde en cherchera.

Pour en revenir à la Criirad, c'est vrai qu'ils sont à part. Mais j'ai utilisé le second degré (je l'ai écrit) dans mes réponses. Comme quoi l'avocat ne les défendait pas si totalement que ça.
J'essaye quand même de ne pas tout jeter, malgré des causes sont indéfendables.
krolik a écrit:
A un moment le Conseil Général de la Drôme avait proposé de faire un "pôle d'excellence" de radioprotection à Valence, la réunion côte à côte de la Criirad et de l'IRSN . Cela aurait été fabuleux!!!
C'eut été un grand moment.

KLOUG
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Jeu 14 Avr 2011 - 21:54

@krolik
Tiens, moi j'avais vu des mesures, sous un lien en bas de page
http://www.greenpeace.org/international/en/news/Blogs/makingwaves/call-for-further-evacuation-around-fukushima/blog/34178

Pour l'uranium usagé je suis pas compétent, pour les comparaisons d'Etat à Etat déjà un peu plus, et je me permet de faire remarquer que l'expression d'une certaine nervosité vis-à-vis de la Russie est assez fréquente, non du fait des ingénieurs (excellents, en héritage de l'ancienne Union Soviétique), mais du fait de la déliquescence avancée de l'appareil d'Etat. Quand vous avez une combinaison d'anciens de la police politique et de nouveaux mafieux comme dirigeants, ça n'est jamais très bon pour les organes de contrôle et de sécurité industriels. Ce qui me fait penser par association d'idée, suite à une autre de vos remarques, que dans certaines circonstances (Biélorussie...), respecter certaines lois n'est pas toujours justifié.

Et pour la CRIIRAD, puisque j'en parle, je ne regarde pas les reportages de Arte (pas le temps), je me contente d'aller voir leur site Japon (tous les 2 ou 3 jours), et ma foi c'est lisible et j'y ai appris des choses. Faut dire que vu le nombre de gens qui leur en veulent, je suppose qu'ils ont intérêt à faire très attention...

Personne veut causer des britanniques, alors?

PG
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Jeu 14 Avr 2011 - 22:01


@Kloug
Le remplacement de l'uranium de retraitement avec de l'uranium "neuf" a effectivement été envisagé au début du contrat de ré-enrichissement.
D'ailleurs les Soviets s'étaient fait "enfler" par les Français d'EDF.
Histoire d'avoir quelques relations commerciales avec le nucléaire russe, il avait été décidé d'acheter des UTS aux Soviets.
Sauf que les Soviets ne savaient pas négocier un contrat et accepter une spécification technique vague, trop vague..
Les Soviets ont signé pour pas cher.
Et EDF a envoyé de l'Uretraitement sur le thème : -Un cadeau de la maison et bon courage !! En nbe pensant même pas voir revenir l'uranium en question.
Lorsque les gars de SibirKhimkombinat ont vu les analyses à l'arrivée de l'UF6, triste mine..
Mais l'affaire étaiut devenue pour eux, politique, idéologique, ils devaient montrer la supériorité du nucléaire soviétique.
Réunion de la branche sibérienne de l'Académie des Sciences, et c'est l'Académicien Zuev à la tête de l'Institut d'Optique Atmosphérique qui s'y est collé avec succès en imaginant une simplification d'un procédé d'enrichissement au laser, en restant simplement au niveau d'une épuration moléculaire.
Ils ne voulaient pas conchier leurs bols. Et puis au retour il aurait fallu pratiquement passé à des conteneurs de type "'B" (comme les "castors") au lieu des 48Y.

Et lorsqu'Edf a vu revenir les 48Y, ils ont effectivement pensé que les Soviets avaient remplacé l'uranium. Mais non, avec les Soviets c'est toujours un raisonnement en-dehors du champ de pensée d'un Occidental.
C'est une des premières choses que j'ai apprises lors mon premier séjour à Tomsk en 1991, le premier visiteur non assigné dans une délégation officielle.. Alors on voulait me présenter, m'expliquer..pour faire comprendre qu'ils avaient des potentialités réelles. Avec quelques autres bizarreries scientifiques.
Mais je pensais que tout cela était bien connu dans le bac à sable du nucléaire.
Avec cela on a réussi à persuader Noualhat que les déchets c'étaient les isotopes pairs d'uranium de numéro inférieur à 235, de lui dire qu'elle n'avait rien compris au problème alors qu'elle aurait pu faire une émission intéressante.

Cela m'étonne qwue vous regrettiez que l'on laisse aux Russes l'uranium ré-appauvri, que ce soit du retraitement d'EDFou des traitements de tails d'AREVA ou d'URENCO.
Sachant qu'actuellement on a en France des stocks d'uranium appauvri à Tricastin et dans le Limousin de quoi faire fonctionner un parc Gen 4 équivalent au parc nucléaire actuel pendant 3000 à 5000 ans suivant l'optimisation du cycle.
Et dans 3000 ans la situation énergétique...

@+
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Jeu 14 Avr 2011 - 22:09

Bonsoir
L'émission de France 2 "envoyé spécial" (toujours en cours) a fait un reportage au Japon...

Et tout de suite j'ai envie de dire :
Alors qui ment, qui dit la vérité ?
Visiblement les journalistes ont tenté de rencontrer des intervenants sur le site de Fukushima. Très peu de personnes, voir aucune n'a voulu s'exprimer.
Ce n'est déjà pas dans la culture japonaise que de se confier facilement.
D'autre part 90 % des intervenants sur le site (donc en pleine gestion de l'incident) appartiennnent à de petites sociétés sous-traitantes de TEPCO.
Et le mot d'ordre a été : silence radio. On peut aisément imaginer ce qui se passerait pour celui qui voudrait parler.
D'anciens ingénieurs d'Hitachi ont été intérrogés sur la conception des REB au Japon. Etant à la retraite ils ont donné un certain nombre d'informations techniques, indiquant que toutes les procédures de fabrication n'avaient pas été scrupuleusement resepctées. Hitachi est un des fabricants, TEPCO la société qui fait focntionner les réacteurs.
Le plus grave c'est que bien qu'étant au courant l'autorité de sûreté nucléaire japonaise à fermer les yeux (incident en 89 sur Fukushima 3).
Apparemment le risque sismique a été minimisé pour que le Japon se dote d'une filière énergétique, n'ayant que peu de ressources naturelles.
Le reportage montrait une des centrales au sud de Tokyo construit sur une faille, une jonction de plaques.

Mais cela nous renvoit aux informations qui sortent doucement :
TEPCO a visiblement une très grande facilité à dissimuler les incidents et falsifier les rapports. Il n'y a plus une entente parfaite entre TEPCO et la NISA.
L'expression des cadres de TEPCO en première ligne devant les journalistes se fait d'ailleurs sur la même ligne de communication : nous vous prions d'accepter nos excuses et nous allons tout faire pour remédier à cettte situation.
Cela devient de moins en moins crédible. De plus en plus de personnes pensent que TEPCO continue à dissimuler des éléments.

Et pour tout vous dire je commence à avoir des doutes sur les informations qui nous parviennent, car il y a des choses assez inexplicables. Température de la piscine de stockage du n°4, remplissage malgré la vidange des bâtiments turbine, et d'autres informations que je garde pour l'instant.
Du coup on peut douter de tout et notamment des doses reçues par les intervenants. Ne pouvant s'exprimer librement les chiffres que nous avons reflètent-ils vraiement l'exposition de ces personnes ?
On constate maintenant depuis une semaine que la population qui est dans la zone d'exclusion doit présenter des certificats de non contamination pour pouvoir bénéficier d'un hébergement. Ces gens commencent d'ailleurs à être considérés au même titre que les survivants d'Hiroshima et Nagasaki, des personnes pouvant vous contaminer, des "pestiférés".

Je suis franchement partagé et pour tout dire pas très à l'aise.

KLOUG


Dernière édition par KLOUG le Jeu 14 Avr 2011 - 22:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Jeu 14 Avr 2011 - 22:17

krolik a écrit:

Cela m'étonne qwue vous regrettiez que l'on laisse aux Russes l'uranium ré-appauvri, que ce soit du retraitement d'EDFou des traitements de tails d'AREVA ou d'URENCO.
Sachant qu'actuellement on a en France des stocks d'uranium appauvri à Tricastin et dans le Limousin de quoi faire fonctionner un parc Gen 4 équivalent au parc nucléaire actuel pendant 3000 à 5000 ans suivant l'optimisation du cycle.
Ne me fait pas dire ce que je n'ai pas dit. Je m'exprime peut-être de manière ambiguë car chaque fois il y a des interprétations sur ce que je déclare.
Je dis simplement : dommage pour cet uranium-238 car génération IV est plus que mal parti (et ça je le tiens d'une personne on ne peut mieux placée) et je sais que le stock sur les parcs d'entreposage de Tricastin (plus de 300 000 tonnes) est largement suffisant.
KLOUG
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Jeu 14 Avr 2011 - 22:23

@krolik
PS qui n'a rien à voir: votre image de Paducah est tirée d'un PowerPoint du "TerraPower Nuclear Initiative", un groupe de fans du développement nucléaire qui propose entre autres d'utiliser l'hexafluorure d'uranium comme combustible représentant, je cite "3000 ans de réserves" d'énergie.

Le power point est obtenable via le site du Nuclear Engineering Dpt de Berkeley. Apparemment à Berkeley ils ont pas lu les petites lignes sur la 2e diapo ("Confidential and proprietary; no reproduction or distribution without express permission). Ah ces universitaires. Shocked

Du coup je ne vous mets pas le lien, mais Google n'est pas fait pour les chiens...

mais bon, ce que j'en dis, c'est juste pour faire remarquer que votre phrase qui semble dénoncer les dangers du stockage de l'UF est illustrée avec une diapo vantant ses mérites, ce qui ferait certainement de la peine à TerraPower, LLC. Je vous accorde que votre post suivant indique (par implication) votre vraie position sur la question. Mais bon, je me permets quand même de rétablir le vrai sens de la photo, et de la prendre comme illustration du fait que beaucoup dépend, non des choses, mais de comment on les voit...

@Kloug
Merci pour l'info... Paradoxalement, c'est exactement ce genre d'attitude qui rend inévitable l'apparition de groupes de type CRIIRAD, à mon humble avis.

PG
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Jeu 14 Avr 2011 - 22:29

Désolé mais je vous laisse pour ce soir.
J'ai encore du travail. Des copies d'examen à corriger, ça va changer un peu.
KLOUG
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Jeu 14 Avr 2011 - 22:37

@Pierre,

Je crois que vous avez une curieuse façon de lire mes messages.
Lorsque je parle du mauvais procès fait aux Russes à propos des stockages d'UF6 dans des 418Y, je prends leur défense, ça me semble clair et sans ambiguïté.
Dans un bâtiment les 48Y en cas d'incendie pourraient regazéifier l'UF6 et déclencher les soupapes de protection de surpression. Le stockage à l'extérieur est celui qui est adopté por tout le monde.
Mais en France on fait le stockage sous forme d'UO2, pas de risque de repasser en phase gazeuse. On a d'ailleurs du vendre le procédé de passage UF6>UO2 aux USA mais ils ne s'en servent pas à ma connaissance.
@+
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?   Ven 15 Avr 2011 - 9:46

@Pierre,
En ce qui concerne Terra Power, ils ne proposent pas d'utiliser l'UF6 comme fuel mais d'utiliser l'uranium appauvri c'est à dire du 238U comme fertile dans un réacteur à onde de combustion, puisque vous êtes très pointilleux sur les mots.
En fait ils reprennent une vieille idée d'Edward Teller (le père du concept Ulam-Teller de bombe H, chauffage de la cible "H" séparé de la compression par flux éléectro-magnétique gamma ). Teller qui a été caricaturé dans le film Dr Folamour, mais ce n'était pas loin de la vérité.
Le concept de Teller repris par Terra Power c'est en fait un réacteur surgénérateur que l'on enterre une fois pour toutes et qui au bout de 60 ans de fonctionnement deviendra un déchet qui restera sur place; pas de retraitement.
Teller avait grande habitude des tirs souterrains et des déchets qui restent sur place, enterrés pour l'éternité, alors ça ne lui faisait pas peur.
En sus Terra Power a trouvé une source de financement avec Bill Gates. Ils veulent répandre ces réacteurs dans le monde entier..
Enfin si ce réacteur ne plante pas aussi régulièrement que Windows..De toutes les façons, une fois le réacteur enterré et demarré plus personne ne pourra y aller voir.
@+
Revenir en haut Aller en bas
 
Le nucléaire, les médias, une histoire de coeur ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Séisme et centrale nucléaire...
» TRICASTIN : "Sortir du nucléaire" réclame une date d'intervention à EDF pour la barre "suspendue"
» DCNS Cherbourg va construire une centrale nucléaire immergée
» Le réacteur nucléaire de Flamanville.
» Le pic de consommation et le nucléaire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum technique de RadioProtection Cirkus :: Coin-café, buvette et vente de bonbons :: Débats et decryptage de l'actualité-
Sauter vers: