Forum technique de RadioProtection Cirkus

Le portail de la RadioProtection pratique et opérationnelle - www.rpcirkus.org
 
RP CirkusRP Cirkus  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Sécheresse et centrale nucléaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Sécheresse et centrale nucléaire   Ven 20 Mai 2011 - 23:16

Voici un lien sur un article qui concerne la sécheresse et le fonctionnement des centrales :

http://ecologie.blog.lemonde.fr/2011/05/16/la-secheresse-menace-le-bon-fonctionnement-des-centrales-nucleaires/

Si vous avez des explications pour le refroidissement des réacteurs au cas où la sécheresse jouerait les prolongations, merci....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sécheresse et centrale nucléaire   Sam 21 Mai 2011 - 9:04

Bonjour
L'ASN a aussi fait une annonce sur le sujet.
J'avais vécu a la DSIN de l'époque la canicule 2003.
Le contexte sera différent maintenant.
C'est un point que nous allons suivre.
KLOUG
Revenir en haut Aller en bas
Klax
Homme-canon
Homme-canon



MessageSujet: Re: Sécheresse et centrale nucléaire   Lun 23 Mai 2011 - 21:32

En fonction des débits des fleuves, la puissance des réacteurs doit être diminuée. Si le débit du fleuve descend trop bas, sauf dérogation, les réacteurs peuvent être arrêtés.

Mais comme dit dans le lien, c'est plus la production en énergie qui posera problème si les centrales sont à l'arrêt que le refroidissement des coeurs.

_________________
J'aime pas les matins...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpcirkus.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sécheresse et centrale nucléaire   Sam 25 Juin 2011 - 0:27

Bonjour,

je ne pose peut-être pas ma question à la bonne place, et je m'en excuse. J'ai longuement cherché l'endroit le plus approprié.
Si je dis des choses incorrectes, merci de corriger, cela améliorera ma compréhension du fonctionnement des centrales.

Je passe régulièrement en train près de la centrale nucléaire de Saint-Alban. C'est une centrale sans tour aéroréfrigérante, et qui se refroidit donc avec l'eau du Rhône. (A ce propos, est-ce que quelqu'un peut me confirmer que c'est l'eau du circuit secondaire qui est pompée dans le Rhône et rejetée dans le Rhône, ou s'il y a un circuit intermédiaire de plus ?).
Chacun des deux bâtiments réacteurs est accompagné d'un bâtiment en forme de pavé, bleu pour celui du sud, et jaune pour celui du nord (je ne sais pas lequel est le 1 et lequel est le 2), et d'une cheminée.
En temps normal, je ne vois aucun rejet atmosphérique sur cette centrale. Je suppose que les cheminées sont faites pour diluer les rejets effectués ponctuellement, dans la limite des seuils réglementaires.
Ces derniers jours, j'ai vu des panaches de vapeur sur l'unité de production située au nord (en jaune). Un nuage sortant au niveau du bâtiment réacteur (il m'est arrivé d'en voir 2, mais comme ça vient du côté du bâtiment que je ne vois pas, ça sort peut-être du même endroit), et un autre nuage sortant du bâtiment jaune à l'opposé du bâtiment réacteur.
Comme ça ne sort pas de cheminées, et que je n'ai jamais rien vu sortir de cette centrale, j'aimerais savoir pour quelle raison ces rejets de vapeur ont lieu.
J'ai lu que la tranche n°1 est en arrêt de tranche, je ne sais pas si c'est la jaune. Mais même dans ce cas, qu'est-ce qui, lors d'un arrêt de tranche, nécessite de rejeter de la vapeur si on ne rejette rien en temps normal ?

Enfin, par rapport au sujet sur la sécheresse, est-ce que le fait de ne pas avoir de tour aéroréfrigérante (au contraire de Cruas, par exemple), rend la centrale de Saint-Alban plus susceptible de devoir réduire sa production en cas de baisse du débit du Rhône ?

Merci d'avance pour vos éclaircissements.

db
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sécheresse et centrale nucléaire   Sam 25 Juin 2011 - 12:01



Bonjour, dans un REP il y a bien 2 échangeurs thermiques donc 3 circuits en tout : Le primaire en orange, le secondaire (production) et le dernier qui est en contact via le condenseur avec la "source de froid", air ou eau.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Centrale_nucl%C3%A9aire#Circuit_primaire_ferm.C3.A9

En ce qui concerne l'efficacité comparée des réfrigérants air / eau, il semblerait logique que les tours soient également moins efficaces en période de sécheresse, l'échange thermique étant globalement moins efficace en cas de température ambiante plus élevée. Mais température ambiante et niveau de fleuve ne sont pas toujours forcément intimement corrélées, il existe toujours un effet d’hystérésis et parfois des bizarreries liées à la gestion hydroélectrique. Il y a aussi l'effet jour / nuit, les cumuls de précipitations rapides ou lents etc.

L'idéal reste de mixer les sources de refroidissement primaires, c'est ce qui est fait en France en conservant à l'esprit que même les 11 centrales Françaises équipées d'une tour aéroréfrigérante ont besoin d'eau...



Revenir en haut Aller en bas
Klax
Homme-canon
Homme-canon



MessageSujet: Re: Sécheresse et centrale nucléaire   Sam 25 Juin 2011 - 12:23

Les aéros servent à abaisser la température de l'eau rejetée, c'est une de leur principales fonctions. Mes fleuves à proximités des centrales peuvent avoir le débit suffisant pour que ça ne soit pas génant que l'eau fasse quelques degrés de plus. Dans d'autres, comme la Loire ou la Vienne, c'est plus problématique, d'où l'utilité des aéros.

Dans tous les cas, il faut une source froide. Je n'aime pas l'expression "mix" sur le refroidissement. Si toutes les centrales étaient en bord de mer, il n'y aurait pas d'aéros.

_________________
J'aime pas les matins...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpcirkus.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sécheresse et centrale nucléaire   Sam 25 Juin 2011 - 12:26

Bonjour,

Merci trifouillax pour le schéma explicatif. Désolé de ne pas être allé chercher l'info au bon endroit (Wikipedia).
Et merci Klax pour la précision sur la source froide.

Quelqu'un a une explication au sujet du dégagement de vapeur actuel à Saint-Alban ?
Sur ce genre de schéma simplifié on ne voit aucune sortie de vapeur.
Revenir en haut Aller en bas
Klax
Homme-canon
Homme-canon



MessageSujet: Re: Sécheresse et centrale nucléaire   Sam 25 Juin 2011 - 12:36

C'est le Cirkus la bonne source d'infos, pas Wiki Wink

Sur le shéma de Trifouillax, tu vois le carré bleu de droite avec le refroidisseur :

l'eau du 3ème circuit va circuler dans le condenseur, se réchauffer (sans bouillir ou se transformer en vapeur) puis être pompé jusqu'en haut d'un grillage dans les aéros (j'ai mangé le nom de ce système, la faute à Solidays et au manque de sommeil). L'eau va s'écouler en cascade sur une dizaine de mètre de haut sur des milliers de grilles suspendus au bas des aéros. L'échange thermique va alors être conséquent. La hauteur de l'aéro va créer un courant d'air naturel qui va faciliter l'évacuation de l'évaporation de l'eau, et améliorer le refroidissement du circuit.

Je vous posterai un schéma de fonctionnement des aéros semaine prochaine.

_________________
J'aime pas les matins...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpcirkus.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sécheresse et centrale nucléaire   Sam 25 Juin 2011 - 12:49

Dans un aéroréfrigérant, il y a un "chateau d'eau" qui va répartir l'eau en provenance des pompes "Bergeron" avec volute en béton directement, gros débit, faible NPSH.
L'eau des rigoles de distribution va tomber sur le "packing", sorte de gaufres en plastique permettant à l'eau de tomber et à l'air de monter à contre sens.
En principe l'épaisseur de packing est de l'ordre du mètre pas plus. Les "gaufres" sont placées verticalement sur toute la section horizontale de l'aéro juste au dessous des piliers de soutien des aéro, le rete de l'aéro, plus haut est complètement vide.. Le tirage naturel du à la forme en hyperboloïde de révolution HX.
A une époque on pouvait finir une visite de centrale en allant se baigner dans la piscine sous la pluie de l'eau tiède.. Maintenant on vous fait passer à distance avec un masque sensé vous protéger de la "légionnellose". Enfin les temps changent.

Alors il a été fait des recherches pas croyables sur les différentes formes de packing pour un meilleur contact air-eau.
Car si vous arrivez à trouver la forme de la gaufre du packing qui optimise cet échange thermique, vous améliorez la qualité de la source froide donc le rendement général de la centrale..Et si vous gagnez 0,1°C, système breveté, vous n'avez plus de souci à vous faire jusqu'à la fin de vos jours..c'est mieux que d'être le roi du pétrole.
@+
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sécheresse et centrale nucléaire   Sam 25 Juin 2011 - 13:05

Klax a écrit:
Si toutes les centrales étaient en bord de mer, il n'y aurait pas d'aéros.
Oui mais la mer a d'autres défauts... Les méduses attirées par la chaleur entre autres :

http://af.reuters.com/article/energyOilNews/idAFL3E7HO0GO20110624 (Anglais)

Au fait, pourquoi n'avons-nous pas en France de site de production nucléaire en Méditerranée ? Toujours une histoire de température / débit ou un risque sismique / niveau jugé trop important ? L’Espagne a un site en Catalogne ; l’Égypte vient de décider le démarrage du chantier d'Al-Dabaa et la Turquie prévoit également l'implantation d'un site en Méditerranée .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sécheresse et centrale nucléaire   Sam 25 Juin 2011 - 13:49

Bonjour,
merci pour ces infos sur le fonctionnement des tours aéroréfrigérantes.

Mais ma question principale portait sur le dégagement de vapeur actuel à la centrale de Saint-Alban qui n'a pas de tour aéroréfrigérante.

Je vous invite à relire cette partie de mon message :
db8200 a écrit:

En temps normal, je ne vois aucun rejet atmosphérique sur cette centrale. Je suppose que les cheminées sont faites pour diluer les rejets effectués ponctuellement, dans la limite des seuils réglementaires.
Ces derniers jours, j'ai vu des panaches de vapeur sur l'unité de production située au nord (en jaune). Un nuage sortant au niveau du bâtiment réacteur (il m'est arrivé d'en voir 2, mais comme ça vient du côté du bâtiment que je ne vois pas, ça sort peut-être du même endroit), et un autre nuage sortant du bâtiment jaune à l'opposé du bâtiment réacteur.
Comme ça ne sort pas de cheminées, et que je n'ai jamais rien vu sortir de cette centrale, j'aimerais savoir pour quelle raison ces rejets de vapeur ont lieu.
J'ai lu que la tranche n°1 est en arrêt de tranche, je ne sais pas si c'est la jaune. Mais même dans ce cas, qu'est-ce qui, lors d'un arrêt de tranche, nécessite de rejeter de la vapeur si on ne rejette rien en temps normal ?
Merci à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Klax
Homme-canon
Homme-canon



MessageSujet: Re: Sécheresse et centrale nucléaire   Lun 27 Juin 2011 - 21:45

Ahhhhh, mais c'est peut-être un essai de soupapes. Je ne sais plus le nom de ces dernières en arrêt de tranche il y a quelques essais qui du coup émettent un joli panache.

Si c'est pas ces soupapes au nom qui m'échappent, je sèche...

_________________
J'aime pas les matins...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpcirkus.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sécheresse et centrale nucléaire   Lun 27 Juin 2011 - 22:34

Klax a écrit:
Ahhhhh, mais c'est peut-être un essai de soupapes. Je ne sais plus le nom de ces dernières en arrêt de tranche il y a quelques essais qui du coup émettent un joli panache.

Si c'est pas ces soupapes au nom qui m'échappent, je sèche...
Les soupapes assistées du primaire, du nom du forunisseur qui s'est fait une belle réputation avec ce matos high-tech : soupapes-SEBIM
Mais il peut y avoir aussi des relarguage de vapeur au niveau de la bache alimentaire à l'extraction des incondensables du circuit secondaire..Une bonne purge.. mais en phase d'arrêt ça me semble difficile tout de même.
@+
Revenir en haut Aller en bas
Klax
Homme-canon
Homme-canon



MessageSujet: Re: Sécheresse et centrale nucléaire   Mar 28 Juin 2011 - 19:50

SEBIM, voilà, je cherchais le nom, merci Krolik

sisi, en phase d'arrêt, je les ai toujours vu tester

_________________
J'aime pas les matins...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpcirkus.org
Fred
Homme-canon
Homme-canon



MessageSujet: Re: Sécheresse et centrale nucléaire   Mar 28 Juin 2011 - 20:57

Il n'y avait pas eu un incident de référence dans les années 90 avec ces soupapes SEBIM?

_________________
Fred :pig:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sécheresse et centrale nucléaire   Mar 28 Juin 2011 - 21:24

Fred a écrit:
Il n'y avait pas eu un incident de référence dans les années 90 avec ces soupapes SEBIM?
A TMI, sauf que ce n'était pas des SEBIM..
Revenir en haut Aller en bas
Fred
Homme-canon
Homme-canon



MessageSujet: Re: Sécheresse et centrale nucléaire   Mar 28 Juin 2011 - 22:07

J'ai un point commun avec Kloug (nan, nan, c'est pas mon père... Razz ), c'est que j'ai une bonne mémoire...
Quand j'étais jeune, j'animais des formations QSP, et le fait de revoir dans les posts précédents ces soupapes SEBIM et avec l'aide de mon pote GOOGLE, j'ai retrouvé cette histoire d'incident avec les soupapes SEBIM (elle n'y sont pour rien, mais une action humaine a remis en cause leur bon fonctionnement, et bon, la sureté de l'installation) que l'on citait lors des formations.

Les faits : Gravelines 1, août 1989; Dampierre 1, juillet 1989
Le 16 août 1989, une anomalie de fonctionnement des trois soupapes de sécurité du circuit primaire est mise en évidence sur la tranche n°1 de la centrale de Gravelines. Ces soupapes sont destinées à protéger le circuit primaire contre les surpressions incidentelles ou accidentelles. Ce sont des soupapes pilotées, c'est-à-dire que leur ouverture est commandée par la pression transmise par un circuit auxiliaire, le pilote. Réglementairement, ces soupapes doivent être testées chaque année, et c'est lors d'une de ces vérifications que l'anomalie a été découverte. La vérification du bon tarage des soupapes s'effectue à l'arrêt de la tranche, en pressurisant le pilote avec un banc d'essai. Pour cela, on isole la partie amont de la soupape en remplaçant une vis trouée par une vis pleine. Or lors de la vérification faite à Gravelines pendant l'arrêt annuel précédent, en juin 1988, les vis pleines ont été laissées en place sur les trois soupapes de la tranche. Pendant 15 mois, le réacteur a donc fonctionné dans une situation de sûreté dégradée, la protection du circuit primaire étant insuffisante puisque les soupapes ne se seraient ouvertes automatiquement en cas de besoin qu'avec retard et à des pressions plus élevées que la normale.
Dès le lendemain de la découverte de cet incident, EDF procède au contrôle systématique des circuits de protection du circuit primaire de l'ensemble des réacteurs, contrôle qui ne décèlera aucune autre anomalie. Dans les jours qui suivent, le chef du Service de la Production Thermique d'EDF lance une enquête pour tirer les leçons de cet incident. «Cette enquête (…), conclue son responsable à EDF, met en lumière un grand nombre d'anomalies à caractère générique, c'est-à-dire susceptibles de se reproduire tant à Gravelines que dans les autres CNPE. Qu'il s'agisse de l'absence de procédure, d'une formation insuffisante des intervenants, de l'absence de contrôle, … toutes ces anomalies avaient en facteur commun l'insuffisance de culture de sûreté des agents de maintenance.» Alors qu'il évoque très clairement des problèmes à caractère organisationnel comme origine des incidents, c'est sur la «culture de sûreté» défaillante des agents qu'il rejette en fin de compte la responsabilité. Cette façon d'analyser les causes explique la réponse «qualitative» qui sera apportée dans un premier temps par le SPT privilégiant une meilleure prise de conscience de la sûreté et non pas une réorganisation structurelle. Cette façon de voir sera vivement critiquée par les observateurs. Après avoir mené sa propre inspection sur place le 22 août, le SCSIN conclue pour sa part que «l'anomalie était due à plusieurs insuffisances dans l'organisation de la qualité. Il s'agit donc essentiellement de problèmes d'organisation et non d'une erreur humaine.»
Etant donné sa gravité potentielle, le SCSIN classe cet incident au niveau 3 de l'échelle de gravité. Il s'agit là du premier «niveau 3» depuis l'instauration de l'échelle de gravité en avril 1988, le deuxième depuis le début du fonctionnement du parc nucléaire français, après l'incident de Bugey 5 en 1984. Un tel classement a un effet désastreux auprès de l'opinion et des médias, mais ce n'est pas la seule sanction de l'incident. Le rapport d'activité du SCSIN pour l'année 1989 tient à souligner les suites judiciaires de l'affaire : «Par ailleurs, la DRIR Nord-Pas-de-Calais a dressé un procès verbal à l'exploitant de Gravelines en application de l'article 43 du 26 février 1974 relatif à la réglementation des appareils à pression aux chaudières nucléaires à eau. Cet article demande en effet que l'utilisateur s'assure par une surveillance constante du bon fonctionnement des soupapes. Or celles-ci se trouvaient dans un état dégradé depuis août 1988. Il s'agit d'une proposition de sanction pénale qui dans l'esprit est destinée à l'exploitant dans son ensemble (même si elle implique personnellement le chef du centre de production nucléaire).»
L'incident de Gravelines ne pouvait manquer de rappeler celui survenu un mois plus tôt, en juillet 1989 sur la tranche N°1 de la centrale de Dampierre. Au cours d'une intervention dans le bâtiment réacteur, on constatait la présence anormale de bouchons sur un circuit de sûreté servant à assurer un brassage de l'air de l'enceinte de confinement et le piégeage de l'hydrogène pour éviter en particulier les risques d'explosion en cas d'accident. Là encore, les deux bouchons détectés avaient été installés pour procéder au contrôle de l'étanchéité de ce circuit lors de l'arrêt annuel, et ils auraient dû être retirés avant le redémarrage en décembre 1988. Le réacteur avait ainsi fonctionné pendant plus de six mois avec un circuit de sauvegarde indisponible, même si ce circuit n'est nécessaire qu'en cas d'accident de faible probabilité. Cet événement avait été classé au niveau 2 par le SCSIN.


_________________
Fred :pig:
Revenir en haut Aller en bas
 
Sécheresse et centrale nucléaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Séisme et centrale nucléaire...
» DCNS Cherbourg va construire une centrale nucléaire immergée
» TRICASTIN : "Sortir du nucléaire" réclame une date d'intervention à EDF pour la barre "suspendue"
» Le réacteur nucléaire de Flamanville.
» La propulsion nucléaire des navires...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum technique de RadioProtection Cirkus :: Coin-café, buvette et vente de bonbons :: Débats et decryptage de l'actualité-
Sauter vers: