Forum technique de RadioProtection Cirkus

Le portail de la RadioProtection pratique et opérationnelle - www.rpcirkus.org
 
RP CirkusRP Cirkus  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Aménagement d'un labo chaud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jul
Phénomène de foire
Phénomène de foire



MessageSujet: Aménagement d'un labo chaud   Lun 23 Mai 2011 - 11:07

Voilà je cherche sans succès des infos concernant les règles techniques d'aménagement d'un labo chaud dans l'industrie : ventilation, hottes, dépression, revêtements sols et murs, meubles, sas d'accès, douches de sécurité, lave yeux, EPI, etc...

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Bertille
Funambule
Funambule



MessageSujet: Re: Aménagement d'un labo chaud   Lun 23 Mai 2011 - 12:57

Bonjour,

Je ne connais rien à l'industrie, mais côté Médical, l'Arrêté du 30 octobre 1981 relatif aux conditions d’emploi des radioéléments artificiels utilisés en sources non scellées à des fins médicales indique :


I. IMPLANTATION ET DISTRIBUTION DES LOCAUX
- Les locaux d'une unité de médecine nucléaire doivent être :
· Situés à l'écart des circulations générales ;
· Individualisés nettement des locaux à usage ordinaire ;
· Regroupés afin de former un ensemble d'un seul tenant permettant la délimitation aisée de
zones surveillées et contrôlées ;
· Hiérarchisés par activités radioactives décroissantes.

- L’unité comprend nécessairement les locaux suivants :
· Sas-vestiaire pour le personnel comprenant deux parties distinctes permettant la séparation
des vêtements de ville de ceux de travail ;
· Salles d'examen et de mesure ;
· Pièces réservées à l'attente, avant examen, des patients injectés (prévoir des locaux
distincts pour les patients valides et ceux couchés) ;
· Salle d'injection1 ;

· Laboratoire chaud et pièces annexes formant la radiopharmacie ;
· Local spécifique pour la livraison des produits radioactifs. Ce local doit être conçu de
façon à éviter les risques de malveillance ou d’intrusion ;
· Installations de stockage des déchets et des effluents radioactifs (elles peuvent ne pas être
situées au sein de l'unité de médecine nucléaire (sous -sol, bâtiment extérieur...).

L'accueil, le secrétariat, les bureaux médicaux... doivent être normalement implantés à l’extérieur
des zones surveillées ou contrôlées, sauf si la distribution des locaux ne permet pas de les séparer
nettement de ces zones.
II. AMENAGEMENT DE L’UNITÉ (caractéristiques générales)
· Murs du laboratoire chaud et de la salle d'injection : épaisseur équivalente à 15 cm de béton
ordinaire ;
· Parois sans aspérités ni recoins ;
· Revêtements des sols (à remonter en plinthes), des murs et des surfaces de travail constitués
en matériaux lisses, imperméables, sans joints (carrelages à exclure) et facilement
décontaminables ;
· Guichet entre le laboratoire chaud et la salle d'injection ;
· Eviers munis de robinets à commande non manuelle (à coude ou électronique) ;
· Bondes d'évacuation des eaux au sol du laboratoire chaud et de la salle d'injection reliées
aux cuves tampons ;

1 Sauf dans le cas des unités TEP utilisant du fluor 18 (cf. l’annexe 3), cette salle doit être attenante à la
radiopharmacie.

DGSNR/SD9/ n° 0921/22.07.2005 Page 19
· Lavabos et douche dans le sas-vestiaire (côté vestiaire chaud) ;
· Sanitaire réservé aux patients injectés relié à une fosse septique ordinaire qui est à raccorder
directement au collecteur général de l'établissement ;

· Rappels automatiques de fermeture sur les portes du laboratoire chaud, du local de livraison
des sources et du local des déchets et effluents radioactifs, avec serrures fermant à clé (sans
poignée coté extérieur pour le local de livraison). La porte et les parois du local de livraison
des sources devront présenter une résistance suffisante aux risques d’intrusion ou de
malveillance.
· Surface des locaux des caméras à scintillation conforme à la norme NFC 15-160 additif 2, si
ces caméras sont associées à un scanner destiné à l’imagerie. Dans la pratique, la surface
minimale de la salle doit être dans ce cas d’au moins 20 m², avec aucune dimension linéaire
inférieure à 4 m. Cette disposition qui concerne tous les types de caméras à scintillation
équipées d’un scanner, n’est cependant pas applicable aux appareils équipés uniquement
d’un dispositif r adiogène de correction d’atténuation.

III. EQUIPEMENT DE LA RADIOPHARMACIE (Dispositions principales)
· Enceinte blindée pour le stockage et la manipulation des radiopharmaceutiques (prévoir des
enceintes spécifiques pour le fluor 18 et les sources, en particulier d’iode 131, destinées à la
thérapie). Les enceintes sont nécessairement munies de gants et ventilées en dépression sous
filtre. La protection de ces enceintes doit être conçue de façon, qu’en toutes circonstances, le
débit de dose ne dépasse pas à 5 cm de leurs parois 25 μSv/h. Il y a donc lieu d’exiger des
fabricants les justificatifs correspondants, en particulier la nature des radioéléments et les
activités maximales pouvant être stockées et manipulées dans les enceintes ;
· Activimètre équipant chaque enceinte blindée, dont la chambre de mesure est correctement
protégée pour éviter toute exposition inutile des personnels qui utilisent cet appareil ;
· Stockeur blindé pour l’entreposage de sources radioactives, réfrigéré si nécessaire ;
· Poubelles blindées pour la collecte des déchets radioactifs (en prévoir également en tant que
de besoin dans les salles d’injection et de mesures) ;
· Protèges seringues de diverses tailles et en nombre suffisant ;
· Systèmes de préparation et d’injection automatisés for tement recommandé lors de
manipulation de sources de fluor 18 ou d’émetteurs â- utilisés en thérapie ;
· Petit conteneur de transport de sources correctement protégé ;
· Détecteur portatif de contamination surfacique adapté aux radioéléments manipulés ;
· Matériel de nettoyage et de décontamination : papier absorbant, feuilles de vinyle, sacs
plastiques, gants, surchaussures, liquide nettoyant…

IV. VENTILATION DE LA ZONE CONTROLEE (Caractéristiques générales)
· Ventilation en dépression, indépendante du système général de ventilation du bâtiment,
assurant dans les zones surveillées ou contrôlées un minimum de cinq renouvellements
horaires de l'ai r;
· Taux de 10 renouvellements dans la radiopharmacie ;
· Bouches de soufflage et d'extraction d'air implantées de fanç oà éviter toute perturbation
aéraulique ;
· Extraction de l'air vicié sans risque de recyclage ;
· Point de sortie de la (des) gaine (s) d'extraction d'air en toiture à hauteur suffisante (si t-oit
terrasse le point de sortie doit être situé à au moins 2 m au-dessus du niveau de la terrasse) ;
· Point de sortie des gaines situé à distance de toute prise d’air neuf (fenêtres, climatisation
…) ;
· Clapet anti-retour équipant chacune des gaines d'extraction dans le cas où elles se
raccorderaient sur un conduit unique ;

DGSNR/SD9/ n° 0921/22.07.2005 Page 20
· Système de ventilation indépendant pour les enceintes blindées de stockage et de
manipulation des produits radioactifs du laboratoire chaud avec gaine d'évacuation
indépendante et équipée de filtres ;
· Système de ventilation spécifique dans le cas de mise en oeuvre de gaz ou d’aérosols
radioactifs (Xénon 133, aérosols de Technétium 99m...).

L'ensemble des installations d'aération et d'assainissement des locaux de l’unité de médecine
nucléaire doit être maintenu en bon état de fonctionnement et être régulièrement contrôlé (article
R.232-5-9 du code du travail). L'arrêté du 8 octobre 1987 (JO du 22 octobre 1987) précise les
modalités des contrôles périodiques de ces installations.
En particulier, les locaux à pollution spécifique, tels que ceux où des sources non scellées
sont manipulées, doivent faire l'objet d'un contrôle au minimu amnnuel.
Ces contrôles peuvent être réalisés par les services techniques de l'établissement ou par des
organismes agréés par le ministre chargé du travail (arrêté du 22 décembre 2004 portant
agrément d'organismes habilités à procéder au contrôle de l'aération et de l'assainissement des
locaux de travail, JO du 31 décembre 2004). L'arrêté du 9 octobre 1987 (JO du 22 octobre 1987)
précise dans son article 6 les catégories de l'agrément, il fournit également des précisions sur les
modalités de mesurage.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpcirkus.org/reseaux/radirs
Jul
Phénomène de foire
Phénomène de foire



MessageSujet: Re: Aménagement d'un labo chaud   Lun 23 Mai 2011 - 13:18

Merci Bertille

Effectivement j'avais déjà lu qques extraits de cet arrêté mais je souhaitais savoir si il y avait un équivalent pour l'industrie mm si les principes sont les mm.
Revenir en haut Aller en bas
Klax
Homme-canon
Homme-canon



MessageSujet: Re: Aménagement d'un labo chaud   Lun 23 Mai 2011 - 21:14

Pour la ventilation, les hottes et les cascades de dépression, ils existent une norme spécifiques. Je ne me rappelle plus de son numéro, je vais essayer de penser à regarder son nom une fois revenu de déplacement fin de semaine.

Après, je ne sais pas si le reste est cadré. Je sais que les contrôles effectués en sécurité/RP sont souvent effectués sur le bon sens : lave-oeil si produit chimique, peinture décontaminable ou pelable si risque de contamination, et EPI en fonction des critères de l'exploitant.
Concernant les EPI, étant donné que cela ne touche pas que le domaine du nuc, comme pour les lave-oeil et douches de sécu, je pense que la réponse peut être trouvé via l'INRS et autres instituts de prévention des risques en général.

Mais pour de la conception, il faut la base normative, que je ne connais pas. Je jetterai un coup d'oeil sur la GED d'EDF demain voir s'ils n'ont pas au moins une note de REX qui traine sur le sujet.

_________________
J'aime pas les matins...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpcirkus.org
Invité
Invité



MessageSujet: Normes   Mar 24 Mai 2011 - 0:18

La référence la plus utile à mon sens : Norme ISO 17873 - Critères pour la conception et l’exploitation des systèmes de ventilation des installations nucléaires autres que les réacteurs nucléaires
Cette norme définit notamment, en fonction de la nature du local (SAS, vestiaire, couloir, ...) et du nombre de LDCA, les taux de renouvellement d'air et la dépression à respecter.

Je peux t'envoyer quelques éléments par mail si tu veux (tiens moi au courant par MP)

D'autres textes intéressants :

Norme NF X 15-203 – Installations de laboratoires – Sorbonnes – Généralités, classification, dimensions, spécifications
Norme NF X 15-206 – Installations de laboratoires – Sorbonnes – Méthodes d’essai
Arrêté du 15 mai 2006 - relatif aux conditions de délimitation et de signalisation des zones surveillées et contrôlées et des zones spécialement réglementées ou interdites compte tenu de l'exposition aux rayonnements ionisants, ainsi qu'aux règles d'hygiène, de sécurité et d'entretien qui y sont imposées
RFS-II.2 du 20 décembre 1991 - Conception et exploitation des systèmes de ventilation dans les installations nucléaire de base autres que les réacteurs nucléaires (* RFS = Règle Fondamentale de Sûreté)

Radioprotectionnement vôtre Smile
Revenir en haut Aller en bas
KLOUG
Fakir
Fakir



MessageSujet: Re: Aménagement d'un labo chaud   Dim 29 Mai 2011 - 10:23

Bonjour
Et puis si tu es intéressé j'ai aussi en version informatique les catalogues qui ont servi de base à tout l'aménagement des laboratoires, les catalogues PMDS (Protection, Manipulation, Détection, Sécurité). Ils ont été élaborés par les techniciens du CEA à l'époque (IPSN compris).
Par contre ayant un volume très important, le mieux serait de m'envoyer une clé USB.
Je te fais parvenir mon adresse professionnelle en messagerie privée.
KLOUG
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpcirkus.com
 

Aménagement d'un labo chaud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum technique de RadioProtection Cirkus ::  :: -