Forum technique de RadioProtection Cirkus

Le portail de la RadioProtection pratique et opérationnelle - www.rpcirkus.org
 
RP CirkusRP Cirkus  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Gammagraphie industriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Gammagraphie industriel   Mar 9 Aoû 2011 - 8:54

Bonjour,

J'ai été recemment "élu" PCR de la société dans laquelle je travaille. L'ancienne PCR est partie et l'étude de poste introuvable. je dois la rédiger et une visite de l'ASN est bientot prévu pale

Ma question est dans la classement du personnel (catégorie A ou B) : Les 2 opérateurs utilise un appareil à rayon X et un appareil type gam 120 (gammagraphie industriel) et il s'agit de controle non destructif. Ils interviennent dans une installaion type "bunker", ils mettent les pièces en place, les films radio, le gam et sortent du bunker (portes en plomb + mur en béton très épais) pendant l'émissions de rayon.
Dose journalière relevé (sur un an) : dans l'ensemble 0 mais quelques fois 1 ou 2µSv

l'installation est classé en zone intermitente bleue et rouge.

Suis-je sur la bonne voie en voulant mettre les opérateurs en catégorie B.

Est-il possible de déclasser les personnes ? Si oui, comment procéder ?

D'avance merci de votre aide


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Gammagraphie industriel   Mar 9 Aoû 2011 - 9:40

Bonjour
Vous avez une cartographie des lieux là où se trouvent les opérateurs pendant qu'ils utilisent la source. Ces mesures d'ambiance font partie de l'étude de poste qui permet de classer le personnel.

Je vous renvoie à la lecture de certains documents sur le site dont la circulaire DGT/ASN du 21 avril 2010 et l’analyse que nous en avons faite.

Selon les conditions que vous décrivez vos opérateurs pourraient être NE.
Mais attention ! Le fait d'être classé en B (ou en A aussi bien entendu) leur permet de bénéficier d'une surveillance médicale spéciale par un médecin du travail tenant en compte un dossier médical individuel pour chaque personne.
Donc déclasser serait possible mais demandez aussi l'avis du personnel et peut-être selon la taille de votre entreprise au CHSCT ou aux délégués du personnel (s'il y en a).

KLOUG
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Gammagraphie industriel   Mar 9 Aoû 2011 - 11:38

Re-bonjour,

Pendant que la source est en service, ils sont dans un bureau (classé zone public selon relevé d'ambiance effectué)

Selon mes relevé, comment me justifier auprès de l'ASN (par exemple) si je décide de les classer en catégorie A alors que mes relevé montre qu'une catégorie B suffit ?

merci, je vais immédiatement lire la circulaire DGT/ASN du 21 avril 2010 et l’analyse que vous en avre faite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Gammagraphie industriel   Mar 9 Aoû 2011 - 12:18

Après relecture de votre message(d'ailleur, je vous remercie de m'avoir répondu) , en aucun cas je ne veux les classé NE mais bien en A ou B.

Suite à une conversation avec les opérateurs, ils me disent de les laisser en catégorie A car il touche le Gam 120, le collimateur, etc

Comment le justifier à l'ASN pour leur très prochaine visite Question

d'avance merci,
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Gammagraphie industriel   Mar 9 Aoû 2011 - 13:11

Bonjour NYC,

Je précise d'entrée de jeu que je ne travaille pas dans la gammagraphie et donc que je m'apprête peut-être à dire de très grosses bêtises.

- tu dis dans ton 1er post que c'est une ZS : le débit de dose est donc faible lorsque les opérateurs touchent le gammagraphe. Ils pensent je crois à un risque d'exposition accidentelle. Le choix cat A ou B ne changerait rien à cela (selon mon interprétation de néophyte).
il vaudrait mieux avoir un dosi opérationnel ou mieux une balise d'ambiance temps réel.

- je crois qu'il n'y a pas une solution correcte et toutes les autres à jeter. Je pense que l'ASN ne remettra pas en cause ton classement si il est étayé par ton étude de poste.
Ici, dose prévisionnelle <1 mSv mais entrée en ZS donc tu fais le choix de maintenir en cat B.
Cela ne me semble pas délirant et justifié.
Un détecteur temps réel pour prévenir le risque d'incident ne me semble pas de trop.

Mais encore une fois, je ne suis pas dans ce secteur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Gammagraphie industriel   Mar 9 Aoû 2011 - 14:01

Bonjour baldaquin,
Merci beaucoup pour ce message et malgrès que tu ne sois pas dans ce secteur, tes idées sont très bonne.
Les opérateurs possèdent un dosifilm et une dosimètre nomminatif et un radiamètre en cas de doute.
L'installation d'une balise d'ambiance temps réel n'est pas une mauvaise idée.

Merci encore,

Je me pose juste la question de la catégorie pour etre en phase entre etude de poste et classement des personnes déjà établi.

Mais quelle est la procédure à suivre pour le déclassement ?
Revenir en haut Aller en bas
space
Trapéziste
Trapéziste



MessageSujet: Re: Gammagraphie industriel   Mar 9 Aoû 2011 - 14:12

Bonjour à tous,

Il ne faut pas penser que l'intervenant doit nécessairement "recevoir plus de 1 mSv/an" pour être classé en catégorie A ou B. Des interventions régulières en zone réglementée (ZS ou ZC) justifient à elles seules une classification.
L'avantage de classer les intervenants en cat.B est d'avoir un suivi dosimétrique passif à périodicité trimestrielle. Si leur suivi dosimétrique mensuel est régulièrement inférieur à la sensibilité des dosimètres, tu peux orienter ton suiv en trimestriel en les passant catégorie B. En cas d'incident ou de doute, tu peux à tout moment envoyer les dosimètres en lecture rapide à ton laboratoire.
Le fait de manœuvrer le GAM120 nécessite l'obtention du CAMARI mais pas de classification cat. A obligatoire.

@Balda, les installations de radiographie industrielle sont "normalement" (en référence à la norme) équipées de balise d'irradiation avec reports de signalisation (à l'intérieur de la casemate et à l'extérieur (accès et poste de commande)). Toutefois, le signal transmis par la balise n'asservit pas toujours l'ouverture des accès.

Space
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Gammagraphie industriel   Mar 9 Aoû 2011 - 14:21

Merci de ton message, je vais penser à une reconversion ;o).
Pour avoir fait un reclassement il y a peu.
Message du chef d'établissement au Médecin du travail après information des agents concernés, plus information de ce reclassement dans le prochain bilan au CHSCT.
@ space : nous sommes d'accord sur la cat B : ils rentrent régulièrement en ZS, cela me suffit pour la mise en place d'un suivi même si la dose prévisionnelle est <1 mSv.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Gammagraphie industriel   Mar 9 Aoû 2011 - 14:28

Merci space pour vos lumières.

Dans le cas de notre installation, nous avons été obligé il y a quelques années d'asservir les portes d'accés lors de l'émission de rayons suite à une viste de l'ASN (point dans leur rapport).

Effectivement, nous possédons une balise équipé d'un signal visuel (rouge) à l'intérieur du bureau (ou se situe le pupitre de commande et à l'extérieur)

Merci à tous pour vos réponses qui m'ont bien aidé Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Gammagraphie industriel   Mar 23 Aoû 2011 - 15:48

L'inconvénient d'un suivi trimestriel est une difficulté à remonter les faits sur 3 mois en cas d'exposition du dosimètre, surtout lorsqu'on ne s'est pas rendu compte qu'il y avait incident... (ex dosi tombé par inadvertance dans le bunker avant un tir si on peut appeler ça un incident etc) mais que l'enquête est tout de même nécessaire.

De plus un bruit de fond naturel cumulé sur 3 mois donnera des fluctuations de mesures plus importantes qu'en mensuel, avec rendu de dose à la fin faible et certes parfois visible mais pas forcément significatif si on considère l'erreur de la mesure....

Ca c'est pour la belle théorie mais en pratique je comprend parfaitement vos points de vue, disons qu'en trimestriel mieux vaut être accompagné d'un autre appareil en doublon (radiamètre ou dosi op)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Gammagraphie industriel   Mar 23 Aoû 2011 - 19:19

OK avec Baba pour l'intérêt d'un doublon.


Je n'ai pas encore de cas où la périodicité du passif a joué un rôle déterminant dans l'analyse a posteriori.

Que ce soit en trimestriel ou mensuel, soit il y a le big coup-fourré dont on avait omis de vous informer, soit il faut multiplier les interviews et récolements.

Pour ça, rien ne vaut le dosi op.

Si cen n'était le coût, j'en mettrai même en ZS.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Gammagraphie industriel   Mer 24 Aoû 2011 - 8:10

+1

Le Dosi Op (ou le radiamètre) est l'outil d'alerte en direct en cas d'incident...

Tout comme Balda, j'y vois un intérêt même en ZS... (surtout en médical : on n'est pas à l'abris d'avoir à intervenir en ZC en cas d'urgence, même si notre poste est en ZS... et dans ces moments là on ne va pas penser "vite, il faut que j'aille chercher mon dosi !", mais "vite : il faut sauver le patient !")
Revenir en haut Aller en bas
 
Gammagraphie industriel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le cidre industriel en 1925.
» l'Ecole du Quartier Industriel
» lait maternelle et lait industriel en parallèle ?
» rémunération hebdomadaire moyenne
» Sarkosy dans l'Orne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum technique de RadioProtection Cirkus :: Aspects pratiques de la Radioprotection :: Le monde industriel (nucléaire diffus)-
Sauter vers: