Forum technique de RadioProtection Cirkus

Le portail de la RadioProtection pratique et opérationnelle - www.rpcirkus.org
 
RP CirkusRP Cirkus  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Caractéristiques du dosimetre passif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
michelange
Trapéziste
Trapéziste
avatar


MessageSujet: Caractéristiques du dosimetre passif   Sam 12 Avr 2014 - 18:51

Bonjour à tous,


J'ai les caractéristiques suivantes pour un dosimètre passif de type OSL:


Énergies détectées:  de 5 keV à 40 MeV pour les photons, à partir de 150 keV pour les β
Plage de doses: de 0,05 mSv à 10 Gy
Seuil d’enregistrement à 0,1 mSv


Le seuil bas de la plage de dose est de 50 µSv.

Est-ce que cela signifie qu'il ne pourra pas mesurer par exemple une dose de 1 µSv suite à une exposition aux rayons X ?


Est-ce que 50 expositions à 1 µSv suffisent pour qu'il affiche 50 µSv ou alors il faut une seule exposition continue de 50 µSv ?



merci.
Revenir en haut Aller en bas
Domino
Contorsionniste
Contorsionniste
avatar


MessageSujet: Re: Caractéristiques du dosimetre passif   Sam 12 Avr 2014 - 20:59

bonsoir,
au vu de la façon dont cela fonctionne, je pense que tu ne pourras pas mesurer une dose de 1 microSv
mais si tu as 50 fois 1 micro tu pourras mesurer

_________________
l' ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne
Revenir en haut Aller en bas
michelange
Trapéziste
Trapéziste
avatar


MessageSujet: Re: Caractéristiques du dosimetre passif   Dim 13 Avr 2014 - 14:50

Bonjour Domino,

OK

Donc si j'ai 50 fois 1 micro à intervalles irréguliers , il n'y a aucune chance pour que le dosimètre incrémente la dose totale de 50 µSv...
Revenir en haut Aller en bas
Domino
Contorsionniste
Contorsionniste
avatar


MessageSujet: Re: Caractéristiques du dosimetre passif   Dim 13 Avr 2014 - 19:13

bonjour,
je pense que j'ai dit l'inverse.
Certains spécialistes l'expliqueront mieux que moi
En gros et si j'ai bien compris, certains cristaux (Oxyde l'Al) contenant des impuretés(C) peuvent sous l'effet des radiations avoir un état excité métastable ou se trouve "capturés" les électrons produit par le RI. 
La désexcitation provoquée par un flash lumineux va permettre le phénomène de luminescence.
Ton dosi va donc incrémenter ta dose totale comme les TLD. Les 50 micro c'est le résultat minimum que  la lecture du dosi peut te donner et du à la limite actuelle de lecture malgré les photomultiplicateurs

Enfin, c'est comme cela que je vois les choses

_________________
l' ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne
Revenir en haut Aller en bas
michelange
Trapéziste
Trapéziste
avatar


MessageSujet: Re: Caractéristiques du dosimetre passif   Lun 14 Avr 2014 - 21:27

Bonsoir,

Je crois avoir compris:
En fait le dosimètre incrémente (et garde cette incrémentation) des lors que les énergies valent  de 5 keV à 40 MeV pour les photons, et à partir de 150 keV pour les β.
Ensuite comme tu le dis si bien, "Les 50 micro c'est le résultat minimum que  la lecture du dosi peut te donner et du à la limite actuelle de lecture malgré les photomultiplicateurs"

C'est plus clair et je te remercie pour cet effort d'explication.

En marge de cette question, un seul photon de 5 keV capté par ce type de dosimètre OSL étalonné en Hp(10), pour peu qu'on puisse un jour le lire, ça pourrait représenter combien en dose?
Revenir en haut Aller en bas
Domino
Contorsionniste
Contorsionniste
avatar


MessageSujet: Re: Caractéristiques du dosimetre passif   Mar 15 Avr 2014 - 19:25

study 
Bonsoir,
Des photons de 5 Kev pour un dosi Hp10 ne vont rien donné, leur pouvoir de pénétration étant beaucoup trop faible (quelque soit le nombre de photons)

_________________
l' ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne
Revenir en haut Aller en bas
teuf05
Trapéziste
Trapéziste
avatar


MessageSujet: Re: Caractéristiques du dosimetre passif   Mer 18 Juin 2014 - 21:48

Ce qui est intéressant de savoir c'est l'incertitude de mesure de ton dosimètre passif...
50µSv c'est bien mais à + ou - combien
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pcrstrategie.fr
Domino
Contorsionniste
Contorsionniste
avatar


MessageSujet: Re: Caractéristiques du dosimetre passif   Jeu 19 Juin 2014 - 9:19

Bonjour,
pour moi, le dosi passif n'est pas un instrument de mesure mais plutot une donnée de référence.
Certes il y a l'incertitude sur l'étalonnage, le procédé de lecture..;bref, le traitement en lui-même du dosimètre qui fait probablement l'objet de controle norme et autre.
La véritable incertitude c'est: est-il porté et comment? La durée d'un mois ou d'un trimestre c'est +/_ combien de jour?
La liste des aléas est longue et les incertitudes (mais peut on encore parler l'incertitude de mesure) sont difficilement évaluables

_________________
l' ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne
Revenir en haut Aller en bas
DosiMan
Ventriloque
Ventriloque
avatar


MessageSujet: Re: Caractéristiques du dosimetre passif   Dim 31 Mai 2015 - 16:33

Bonjour à tous,

1) Incertitude de mesure

Tout a fait exact Domino ! La dosimétrie passive externe est l'un des seuls domaines techniques de l'ISO 17025 où l'incertitude propre aux utilisateurs empêche l'écriture d'une incertitude sur les rapport d'essai (Landauer les appelle rapport de contrôle). A l'inverse, sur un rapport d'essai d'analyse de sang par exemple, qui relève aussi de l'ISO 17025, l'incertitude sur le nombre de globule rouge, plaquette,... y est obligatoirement notée. L’incertitude globale ne dépend que du traitement de l'échantillon sanguin lui-même. L'incertitude globale est dans ce cas dite "maitrisée" uniquement par le laboratoire.

Ainsi, voici ce que dit le COFRAC dans le guide d'accréditation pour la dosimétrie passive externe (Document LAB GTA 31):

" En dosimétrie externe, l’estimation de l’incertitude de mesure concerne les mesures réalisées par le laboratoire. Les grandeurs d’influences qui ne peuvent pas être maîtrisées par le laboratoire (par exemple conditions de port des dosimètres) peuvent ne pas être incluses dans le budget des incertitudes établi par le laboratoire"

2) Seuil de report

Petite correction: 50 µSv n'est pas un seuil de détection mais un seuil de report (Je sais c'est écrit partout sur les doc des labos et pourtant j'ai râlé). Donc petit rappel:

-Seuil de détection : valeur à partir de laquelle le détecteur peut dire s'il y a présence d'un signal mais il ne peut pas le quantifier.
-Seuil de quantification : valeur à partir de laquelle, le détecteur peut quantifier le signal
-Seuil de report (en dosimétrie externe) : Valeur à partir de laquelle le laboratoire affirme qu'il y a présence d'un Hp(d) d'origine professionnel en supposant une condition d'utilisation du dosimètre correcte. En d'autres termes, si la soustraction de Hp(d) du porteur brute et Hp(d) du témoin brute est supérieur au seuil, on reporte Hp(d) net. Sinon un code indiquant que l'on est en dessous du seuil est écrit et 0 est envoyé à SISERI (conformément aux recommandations de la RP 160).

En fait, on peut aller plus bas que 50 µSv mais il faut avoir un lecteur et des dosimètres fraichement remis à zéro à portée de main. Donc, si il y a un copain pas trop loin de chez vous avec un lecteur OSL, demandez lui un coup de main (j'ai pas encore assez de sous pour en acheter un)Wink

3) Enregistrement de dose OSL

Les dosimètres OSL de chez Landauer utilisent effectivement de l'Al203 dopé au carbone. Ce dopage induit la présence de pièce électronique nécessaire pour l'enregistrement de la dose. une fois irradié, il y a la probabilité de dissocier une paire électron-trou dans le solide. L'électron a une probabilité d'être piégé (chose impossible dans un cristal pure). Pour révéler le signal, on éclaire de l'ordre 1 ms le cristal avec des diodes émettant de la lumière verte vert. Ensuite, l'électron piégé  a une probabilité grâce à cette lumière verte de retrouver son trou dans un autre piège appelé centre de recombinaison. Et là paf! ( façon de Funes) De la lumière bleue est émise et comptée par un PMT ou photomultiplicateur. Il faut cependant bien sélectionner les photons bleus provenant du phénomène de luminescence. Donc, comme dit  Domino, le PMT mais aussi Les filtres optiques et la mécanique du lecteur jouent pour beaucoup dans le seuil de détection. Lors de la lecture, 0,5 % des pièges vont être libérés.

Ainsi, cet enregistrement est en continue et se cumule avec les radiations naturelles. Dans ce cas précis, le rapport signal sur bruit est mauvais... difficile de conclure Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
 
Caractéristiques du dosimetre passif
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Caractéristiques du dosimetre passif
» Caractéristiques physiques ou les trouver ?
» 10 caractéristiques des vrais amis
» Les caractéristiques d'une vraie amitié chretienne
» dosimetre opérationnel vs passif

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum technique de RadioProtection Cirkus :: Instrumentation en RadioProtection :: Dosimètres : passifs et opérationnels-
Sauter vers: