Forum technique de RadioProtection Cirkus

Le portail de la RadioProtection pratique et opérationnelle - www.rpcirkus.org
 
RP CirkusRP Cirkus  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 étude conjoint patient

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: étude conjoint patient   Mar 6 Avr 2010 - 19:57

Bonsoir,
Dans le cadre d'un stage je dois réaliser une étude pour établir la dose reçu par les conjoints des patients traités à l'iode 131 car il rentre chez eux pendant une semaine après injection du traitement. Dans le cadre de cette étude j'ai à disposition des dosimètres passifs par conséquent je voudrais savoir quel protocole je pourrais mettre en place pour obtenir les meilleurs résultat possibles (car on m'a indiqué que la meilleur solution est qu'il porte le dosimètre en permanence), Merci d'avance... Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: étude conjoint patient   Mar 6 Avr 2010 - 22:38

Bonsoir
Je pense que c'est une solution.
Alors le problème va se situer au niveau des explications à donner au patient et au conjoint du patient et de leur rendre compte ensuite des résultats.
Le port doit se faire y compris la nuit si les conjoints dorment dans le même lit, car il y a des chances que ce soit à ce moment là qu'ils soient les plus proches.
Intéressant sujet.
Au moment de la prise d'iode, les valeurs de débit de dose sont assez élevées. Il y a des chances pour que huit jours après ce soit encore important.
KLOUG
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: étude conjoint patient   Mer 7 Avr 2010 - 0:30

tu peut aussi leur demander de porter un dosi pour la journée et un dosi différent la nuit, comme ça tu pourra montrer (peut être) que la majorité de la dose du conjoint est prise la nuit...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: étude conjoint patient   Mer 7 Avr 2010 - 6:47

Merci pour ces réponses mais sur le protocole il leur est demandé si possible de dormir séparer les premiers jours. Puis 2 Dosimètres par patient pas sur que j'ai les moyens nécessaire pour cela. Pour moi la meilleur des façons serait qu'il marque sur un cahier si ils ont dormis ensemble, si ils ont été proches longtemps etc... Pour voir les différences enregistrées entre chaque patient mais cela reste encore compliqué du fait que je n'est aucun contrôle sur le bon port du dosimètre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: étude conjoint patient   Mer 7 Avr 2010 - 7:41

Bonjour,

Nous nous étions penchés sur le problème il y a quelque temps.
Effectivement, la nuit sera le moment où le conjoint prend plus des 3/4 de son exposition quotidienne.

Mesures :
Attention, les dosimètres sont anisotropes !
Si le conjoint ne dort pas sur le flanc il y aura sous-estimation importante. Et de quel côté ? Et à quelle distance ?

Calculs :
Pour une fois, j'avais donc repoussé l'option des mesures, trop peu fiables. Car in fine ce qui nous intéressait était les limites basse et hautes, estimables par le calcul.
Le Delacroix et al. donne des débits à 30 cm et 100 cm, on estime les conjoints très amoureux (dorment à 30 cm en moyenne) et très paresseux (12 h au lit/nuit) pour avoir la limite haute.

Biblio :
Mais la meilleure référence et l'étude la plus complète sur l'exposition de la famille d'un patient d'irathérapie a été présentée par Isabelle Gardin.
Une recherche internet te donnera accès à quelques documents mis à disposition par l'ASN, l'ACOMEN, la SFPM et d'autres qui répondront exhaustivement.

Tiens nous au courant !
Baldaquin
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: étude conjoint patient   Mer 9 Juin 2010 - 11:00

Voila je vais vous faire un petit résumé des premiers résultats concernant cette étude sur l'exposition des conjoint :

Premièrement j'ai du créer un questionnaire pour coller au mieux avec les résultat en posant plein de question du style la superficie de la maison les type de mur, et j'ai étudier aussi le coté psycho-social et leur niveau intelectuel pour savoir ce que l'on pouvais trouver comme résultat si il avait plus tendance a ce protéger s'il était plus cultiver... Ensuite j'ai établit un protocole horaire sous forme de tableau qu'il devai remplir s'il était a proximité combien de temps

Pour commencer tous les patients choisis pour l’étude ont reçu une activité de 3,7
GBq. Pour des questions de confidentialité et vu que l'étude n'étant pas terminer je ne mettrais aucun résultat.

Remarque : Les débits d’équivalent de dose de sortie à 1m sont patient-dépendant car ils
varient en fonction de l’élimination urinaire du patient (s’il boit beaucoup d’eau, son
élimination naturelle et la nature du traitement)

- Sur les 13 patients pour lesquels nous avons des résultats, pour 54% d’entre eux
l’exposition du conjoint à été inférieur à 50 μSv, 15% ont eu une exposition de 50 μSv
soit le seuil minimum de détection.
En conclusion ces patients ont bien respecté les recommandations données par l’hôpital , de plus on s’aperçoit que leur exposition est très largement inférieure à la limite réglementaire.

- Le patient n°3 et son conjoint ont dormi la 3
ème nuit ensemble alors que la recommandation est de ne pas dormir les 3 jours qui suivent la sortie. On s’aperçoit au vu des résultats que même avec un débit d’équivalent de dose faible le fait de
dormir la 3
ème nuit ensemble a engendré une dose de 670 μSv soit presque les ¾ de l’exposition annuelle établit pour le public.

- Concernant les patients n°10, 12 et 13 ce sont des patients ayant un débit
d’équivalent de dose relativement élevé et qui sont restés soit souvent à proximité du
conjoint (1-3 mètre) soit ont passé beaucoup de temps ensemble lors des repas. On constate alors que même si les recommandations ne sont pas scrupuleusement respectées, l’exposition du conjoint n’atteint pas ¼ de l’exposition annuelle pour le public.

Premièrement on remarque que pour 70% des cas ayant bien respectés les recommandations fourni par l’hôpital la dose reçue par le conjoint (50 μSv) se révèle très inférieure à la limite réglementaire annuelle pour le public (1mSv). Du coté de la radioprotection patient-conjoint conformément au résultat on a constaté que les recommandations fournies par l’hôpital sont très suffisante car même si certains patients font des écarts, les doses reçues par leur conjoint ne dépassent pas le ¼ de l’exposition annuelle.

Cependant dans ces recommandations le nombre de nuit à ne pas dormir avec son conjoint est fixé à 3 jours, or on s’est aperçu que lorsque le patient avait dormi la 3
ème nuit avec son conjoint cela a entrainé une dose représentant les ¾ de l’exposition annuelle. Par conséquent j'ai émis l'hypothèse qu’il faudrait prolonger le nombre de nuit à ne pas dormir avec le patient le faisant passer de 3 jours à 5 jours minimum dans un but préventif. Cependant cela reste a confirmer par de futurs résultats

Enfin il faut savoir que les résultats trouvés comportent une certaine incertitude car on ne peut pas contrôlé si les dosimètres ont bien été portés ou si les conjoints ont bien tous retranscrits les données sur le questionnaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: étude conjoint patient   Mer 9 Juin 2010 - 11:28

Merci de ce retour très intéressant,

Une remarque et une question :

  • les conjoints de patient ne sont pas concernés par la limite d'exposition public (1 mSv/an, mais désormais 80 µSv/mois). Cela peut rester un élément de comparaison, mais pas une limite.
  • avez-vous fait des radiotoxicologies urinaires pour voir s'il y avait une exposition interne ?

Bonne continuation et restant à disposition,
Baldaquin
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: étude conjoint patient   Mer 9 Juin 2010 - 11:46

merci pour ces infos.
Une autre question, mais peut être idiote, vu que je ne connait pas le domaine médicale:
Y a t'il une prise en compte de l'aspect psychologique des contraintes qu' impose ce type de traitement?
je explique : les patien et leur proche doivent déja être éprouvé mentalement du fait de la maladie (du moins moi je le serais) comment réagissent ils au fait de devoir être physiquement éloigné l'un de l'autre pendant plusieurs jours (en exagèrent le patient est un peut traité comme un pestiféré) supportent-ils cela facilement, trouvent-ils cela difficiles psychologiquement. et du coup ne doit on pas envisager un compromis entre la réduction de la dose du conjoint et l'impact psychologique des mesures à prendre?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: étude conjoint patient   Mer 9 Juin 2010 - 12:18

Ben déja le cancer de la thyroïde est un qui a le plus de rémission, Après avant d'être traités les patients ont un topo sur la nature du traitement et les effets qui y sont attribués. La plupart du temps ils sont bien receptif à la notion de radioprotection puis les mesure ont démontré que l'exposition était élevé les 3 premier jours surtout donc cela reste peu. Puis il comprenne aussi que ce traitement est la pour ne plus être malade donc il considère bien la chose, deplus ce cancer et relativement différent des autres car il n'y a pas de traitement par chimiothérapie donc moins loud à supporter mentalement (tout est relatif mais il y a seulement ablation de la thyroide et traitement 1 moi plus tard à l'iode).
Le plus dur souvent c'est que les recommandations sont de ne pas garder les enfant de moins de 10 ans à la maison 7 jours après la sortie, les mères ont vraiment du mal a intégré sa (comment expliquer à un enfant qu'il ne peu pas aller dans les bras de sa mère) mais elles savent tout de même que c'est pour proteger leur enfant donc la plupart du temps elles le font.

Baldaquin : Merci pour cette précision, et non, nous n'avons pas pensé à l'exposition interne mais je viens de le soumettre au responsable de l'étude qui pour me semble une bonne idée
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: étude conjoint patient   Mer 9 Juin 2010 - 13:14

Bonjour
Il y a eu plusieurs études sur les contamination internes en service de radiothérapie métabolique par les stagiaires du Master radioprotection.
Ils étaient suivi par l'IRSN l'unité d'expertise médicale.
KLOUG
Revenir en haut Aller en bas
 
étude conjoint patient
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» participation à étude sur les vaccins
» [résolu]Vérification du fichier lors d'un ajout de conjoint
» ASsistant conjoint = employeur employer niveau fiscal (neq?)
» Tous les trois jours, une femme est tuée par son conjoint
» Rappeler votre droit de visite à votre ex-conjoint

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum technique de RadioProtection Cirkus :: Aspects pratiques de la Radioprotection :: Le monde médical-
Sauter vers: