Forum technique de RadioProtection Cirkus

Le portail de la RadioProtection pratique et opérationnelle - www.rpcirkus.org
 
RP CirkusRP Cirkus  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 quelques réflexions sur le tritium

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PEPEJY
Funambule
Funambule
avatar


MessageSujet: quelques réflexions sur le tritium   Dim 25 Juil 2010 - 19:03

bonjour les petits éléphants,

Suite à un échange avec Kloug, je me suis plongé dans la documentation, ô combien fournie, concernant le tritium. Je me suis intéressé à la contamination chronique. Il semble que celle-ci pose un grand nombre de problèmes, et de nombreuses questions restent en suspens. Pour ma part, un point me reste à éclaircir, il ne semble pas que l'on tienne compte dans les calculs (aux vues des résultats obtenus) de l'accumulation et de la mise en équilibre du tritium dans l'organisme. Pour mémoire, On estime en moyenne que la concentration de tritium dans l'organisme (HTO) est la même que celle de l'eau consommée (régime permanent), d'après (AEIA, 1982).
Or j'ai l'impression que dans le calcul de la dose engagée, on ne tient pas compte de cette accumulation.
A titre personnel, j'ai deux approches en magasin, qui naturellement me donnent deux résultats différent et qui sont également différents des valeurs guides de l'OMS

quelqu'un aurait-il des renseignements sur la méthode utilisée? scratch

PPJ perplexe
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: quelques réflexions sur le tritium   Mar 30 Aoû 2011 - 16:23

Bonjour PEPEJY, à ce que je crois on considère pour le tritium l'absence de bioaccumulation par voie alimentaire dans l'organisme. Cette faible propension à s'accumuler dans les organismes, et aussi la faible radiotoxicité dûe à un béta très faible à d'ailleurs conduit à autoriser les rejets liquides jusqu'à 50 TBq/an et par tranche de CNPE.
Revenir en haut Aller en bas
boumboum clown
Acrobate
Acrobate
avatar


MessageSujet: Re: quelques réflexions sur le tritium   Ven 16 Sep 2011 - 11:28

Je m'y suis aussi un peu intéressé dans le cadre de la formation que je donne aux manipulateurs. C'est vrai qu'il y a pas mal de recherches en cours, notamment du côté du CEA et plus généralement sur la discussion au sujet du Wr des bétas de faible énergie.
Ne pas oublier que sa période effective (bio + physique) est d'environ 10j. Par contre, ce qui est souvent oublié, c'est qu'environ 10% du tritium ingéré sous forme d'eau tritiée est ensuite métabolisé sous forme de tritium organique avec une période effective supérieure.
Des études avaient été faites sur l'équilibre de concentration entre mère et foetus avec un pic vers 10 semaines.

Citation :
faible radiotoxicité dûe à un béta très faible à d'ailleurs conduit à autoriser les rejets liquides jusqu'à 50 TBq/an et par tranche de CNPE.
Tu m'excuseras, mais je pense que c'est plus parce que pratiquement c'est difficile de faire autrement que de rejeter pas mal de tritium dans les effluents des CNPE. Sinon, on autoriserait aussi tous les autres producteurs à rejeter du 3H, ce qui n'est pas le cas...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: quelques réflexions sur le tritium   Lun 26 Sep 2011 - 16:43

On s'éloigne peut être encore un peu du problème de PEPEJY mais sur le site ASN j'ai un doc qui dit que le H3 est éliminé chez l'adulte selon 3 composantes:
- 90% suit la période bio de l'eau libre : 10 jours
- 9% est incorporé à de la matière organique à renouvellement rapide : 1 à 22 jours
- 1% est incorporé à de la matière organique à renouvellement lent : 450 jours cela est dû au fait que le H3 a une taille plus grosse que le H1 donc s'incorpore un peu moins facilement à la matière organique.

Voilà qui précise le propos de boumboum. Du coup, un certain manque de données sur les effets de ce 1%, d'autant que ça concerne notament l'incorporation de H3 à de l'ADN et toute la problématique des dommages multiples.

Concernant les CNPE, c'est sure qu'attendre 12 ans pour rejeter le H3 necessiterait des capacités de stockage qui n'existent pas sur le parc... Dans la balance détriment/bénéfice des rejets, c'est le bénéfice qui a gagné! cela étant dit, la filière des REP est peu "tritiumifère" comparées à leurs cousines à eau lourdes!
Revenir en haut Aller en bas
PEPEJY
Funambule
Funambule
avatar


MessageSujet: Re: quelques réflexions sur le tritium   Lun 26 Sep 2011 - 16:52

Bonjour à tous,

Merci pour vos interventions sur un vieux sujets mais qui reste d'actualités. Je pense qu'il y a un certains nombre de contraintes qui sont à revoir.

@ Baba au ryum : %Justement le problème avec le tritium vient de ce bêta moins de faible énergie, car à partir du moment où il est ingéré, l'énergie se déposera très facilement dans les cellules adjacentes au "dépôt de tritium" (courbe de Bragg). et donc la radiotoxicité...

PPJ
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: quelques réflexions sur le tritium   Lun 26 Sep 2011 - 17:11

Tout à fait daccord, son parcours est faible dans l'eau donc automatiquement cela veut dire : forte densité d'ionisation, (plus que le Co60!) avec moins de cellules touchées que pour un gamma mais dommages ADN plus importants, plus de cassures double brins.

Cependant, les études expérimentales montrent une faible toxicité (faibles coef de dose), peut être grâce à son élimination rapide... Or il faut garder en tête que la vie sur terre s'est développée dans un environnement TRES radioactif, et que notre organisme sait donc gérer certains types de dommages commis à l'ADN, or le tritium existait déjà au temps des trilobites!..

Je sais c'est trop facile comme démonstration mais c'est séduisant!!
Revenir en haut Aller en bas
boumboum clown
Acrobate
Acrobate
avatar


MessageSujet: Re: quelques réflexions sur le tritium   Ven 30 Sep 2011 - 14:28

Citation :
forte densité d'ionisation
Pour info complémentaire:
TLE calculé dans l'eau de 11.5 keV/µm à comparer au 60Co de 6.9 keV/µm
Parcours max dans l'eau = 6µm, soit approximativement la taille de la majorité des noyaux cellulaires.

Citation :
Cependant, les études expérimentales montrent une faible toxicité
Pour le moment, en effet on reste dans le coeff. de conversion de l'ordre de 10-11 Sv/Bq, mais c'est justement pas mal en discussion. Des effets sont démontrés chez les animaux au niveau de tumeurs hépatiques ou ovariens, leucémies et lymphomes. Pour les humains, c'est aussi assez varié, ce qui est logique compte-tenu de la répartition homogène sans organe-cible particulier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: quelques réflexions sur le tritium   Lun 3 Oct 2011 - 9:36

C''est vrai qu'il est intéressant de creuser le sujet car, si le projet ITER est mené à terme, il utlisera du H3 comme un glouton! Par voie de conséquence les rejets pourraient s'accélérer. Or aujourd'hui, c'est difficile de le stocker car son petit diamètre lui permet de diffuser facilement au travers des barrières de confinement, et d'aller marquer l'environnement alentour.

le H3 passe très bien la barrière placentaire et le bébé rat exposé in utéro montre une diminution de la masse cérébrale. Tandis que quand on expose directement le bébé rat, atrophie testiculaire et 0 spermatogenèse. Bref c'est toujours la progéniture qui prend!
Revenir en haut Aller en bas
Fred
Homme-canon
Homme-canon
avatar


MessageSujet: Re: quelques réflexions sur le tritium   Lun 3 Oct 2011 - 21:40

Baba au ryum a écrit:
... diminution de la masse cérébrale. ... atrophie testiculaire .... 0 spermatogenèse. ....
Dur, dur, la vie de rat de laboratoire kea

_________________
Fred :pig:
Revenir en haut Aller en bas
northstar
Jongleur
Jongleur
avatar


MessageSujet: Re: quelques réflexions sur le tritium   Mar 4 Oct 2011 - 19:24

Baba au ryum a écrit:
C''est vrai qu'il est intéressant de creuser le sujet car, si le projet ITER est mené à terme, il utlisera du H3 comme un glouton!

glouton... glouton... faut voir ! Razz

pour Iter cela serait de l'ordre du gramme, sous forme gazeuse, donc environ 359 TBq http://www.itercad.org/question_2.php
les rejets des CNPE en 2008 s'élèveraient à 1022 TBq sous forme liquide et 24 TBq sous forme gazeuse
http://livre-blanc-tritium.asn.fr/etat-des-connaissances/ch2-1-rejets-de-tritium-cnpe-edf.html

pour relativiser faudrait faire l'inventaire côté LMJ, Célestins/Marcoule, Valduc etc.

page 215 de l'inventaire national (2009) ferait état de 2600 TBq en 2007 de tritium dans les déchets "Déchets solides tritiés purs (CEA/DAM/Valduc) F4-6-01"
http://www.andra.fr/index.php?id=edition_1_1_1&recherche_thematique=6

et naturellement http://fr.wikipedia.org/wiki/Tritium#Le_tritium_.C2.AB_naturel_.C2.BB
Citation :
En termes d'activité, l’UNSCEAR estime l’inventaire global du tritium naturel à environ 1,3×10^18 Bq (soit 3,6 kg)[16].

* La production naturelle annuelle de tritium serait de 150 à 200 g, soit 5,01×10^16 à 7,4×10^16 Bq/an. (3 x10^18 Bq, ou de 50.10^15 et 70.10^15 Bq selon le CEA[16])
* Une production tellurique (souterraine) existe, mal quantifiée mais qui semble très faible face à la production aérienne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: quelques réflexions sur le tritium   Ven 7 Oct 2011 - 14:05

De l'ordre du gramme... Ca c'est au début, pour la phase expérimentale, comme en ce moment quand on essaie de maitriser la fusion (et quand on arrive à l'enclencher), mais lorsque la production sera possible, l'échelle ne sera plus la même, je crains que le gramme ne suffise plus!

Revenir en haut Aller en bas
 
quelques réflexions sur le tritium
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Reflexions sur le rôle des PCR dans le monde médical
» Quelques Expressions impliquant des animaux
» MOI DAUPHINOIS VOICI QUELQUES PHOTOS DE MON MARIAGE
» Quelques prénoms peu communs
» Gagnez quelques euros facilement et rapidement :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum technique de RadioProtection Cirkus :: Un peu de théorie :: Effets biologiques des rayonnements-
Sauter vers: