Forum technique de RadioProtection Cirkus

Le portail de la RadioProtection pratique et opérationnelle - www.rpcirkus.org
 
RP CirkusRP Cirkus  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Dépassement de dose : attitude à adopter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Niko
Homme-canon
Homme-canon



MessageSujet: Dépassement de dose : attitude à adopter   Jeu 9 Sep 2010 - 11:30

Bonjour,
Lors d'un contrôle dans un cabinet radio je suis tombé par hasard sur les résultats dosimétriques (qui étaient rangés dans le pseudo document unique). Je me suis alors aperçu qu’une manip radio (classé en catégorie B) avait reçu une dose équivalente sur 12 mois largement supérieure à 6 mSv. Je peut vous affirmer que ce problème est connu de la PCR mais ne l’inquiète pas pour autant, et Je suis quasiment certain que ce dépassement de dose n’a pas fait l’objet d’une déclaration d’événement à l’ASN! Bien qu’étant contrôleur, je n’aurai jamais du avoir accès à la dosimétrie des travailleurs, et j’aurai préféré ne pas connaître ce cas. Mais maintenant que je le sais, j’ai un petit problème de conscience et je ne sais pas ce que je dois faire… J’aimerai connaître votre avis.

Merci.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpcirkus.org/
Pyrénéen
Trapéziste
Trapéziste



MessageSujet: Re: Dépassement de dose : attitude à adopter   Jeu 9 Sep 2010 - 12:55

Bonjour Niko,
Normalement le médecin du travail à lui aussi accès a cette information, en tant que contrôleur tu as bien vérifié que le personnel était classé (comme tu l'indiques) et suivi (?) à priori le médecin n'a rien fait.
En tant que praticien et même si je ne l'étais pas je donnerais un petit coup de fil au médecin responsable, en fonction de sa réponse j'adresse un courrier recommandé au chef d'établissement.
PS: En Corse je ne dis rien (pléonasme et euphémisme), mais je m'arrange pour limiter le dépassement........définitivement
Pyrénéen
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dépassement de dose : attitude à adopter   Jeu 9 Sep 2010 - 13:09

bonjour a tous,
si un travailleur classé cat B dépasse la limite de 6 mSv annuelle....il n'est pas en effraction par rapport au CT, la limite annuelle étant au max de 20 mSv pour le travailleur exposé, il doit faire l'objet d'une reclassification en cat A et surtout la PCR doit faire une enquête pour savoir d'ou vient cette dose non prévue dans le prévisionnel de dose issu de l’étude de poste.
il n'y a pas de déclaration d’évènement à faire à l'ASN, par contre la médecine de travail qui assure le suivi aurait du se manifester....


Kantik

modo2
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dépassement de dose : attitude à adopter   Jeu 9 Sep 2010 - 16:49

Je plussoie kantik.

Les dépassement de dose sont les seuils qu'on a coutume de rattacher à la catégorie A.
Il y a un problème de classement, donc sûrement d'analyse de risque et/ou d'études de poste.
Donc de bonnes questions à se poser en interne mais en tant qu'extérieur je ne pense pas que ce soit ton rôle.

L'ASN a fait un guide de déclaration fort bien fait, disponible sur la page suivante :
http://www.asn.fr/index.php/Les-activites-controlees-par-l-ASN/Utilisations-medicales/Guide-ASN-DEU-03-de-declaration-des-evenements-significatifs-en-radioprotection-hors-INB-et-TMR

A moins que ces >6 mSv aient été reçues en une seule exposition, ce dépassement de seuil cat B n'est pas suffisant, il faut regarder les critères expliqués dans le guide.

Balda, qui déclare souvent !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dépassement de dose : attitude à adopter   Jeu 9 Sep 2010 - 17:18

justement, il pourrait être classé en 6.1: Tout autre événement susceptible d’affecter la radioprotection jugé significatif par le responsable de l’activité nucléaire.
(etude de poste inadapté, ou peut être mauvaise prise en compte des bonnes pratiques de radioprotection ...)
Revenir en haut Aller en bas
Niko
Homme-canon
Homme-canon



MessageSujet: Re: Dépassement de dose : attitude à adopter   Jeu 9 Sep 2010 - 18:00

Je sais que ce n’est pas mon rôle Balda, et c'est pour ça que cela me chiffonne.
Peut être que la déclaration d’événement et un peut poussée pour une personne en catégorie B, mais c'est certain qu'il y à un reclassement à faire...
Ce qui me gêne le plus ce n'est pas le dépassement de dose, mais la non-action de la PCR externe! Cette dose n'a pas été reçue en une seule exposition, elle s’est incrémentée au fil des mois. À mon avis, premièrement la PCR aurai du anticiper les choses pour éviter que ça se produisent, et deuxièmement, en aucun cas on ne doit laisser trainer les choses comme si tout allez bien...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpcirkus.org/
Klax
Homme-canon
Homme-canon



MessageSujet: Re: Dépassement de dose : attitude à adopter   Jeu 9 Sep 2010 - 18:34

La PCR n'a pas tracé ça nul part ? Même pas un mail à présenter ?
Chez nous, en cas de dépassement de seuil, il est nécessaire que l'on remplisse des fiches d'actions correctives à destination du SST. Le suivi se fait beaucoup via ces feuilles qualités et des échanges de mails soigneusement archivés.

Après c'est vrai que ça doit se voir sur les relevés dosimétriques une tendance à un futur dépassement de seuil...

_________________
J'aime pas les matins...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpcirkus.org
Diabolo
Contorsionniste
Contorsionniste



MessageSujet: Re: Dépassement de dose : attitude à adopter   Jeu 9 Sep 2010 - 19:22

question bête : la PCR ne DEVAIT pas être présente lors de ce contrôle ?

ca donne de l'eau à mon moulin que ce "petit fait" n'est pas répertorié sur le rapport....
Revenir en haut Aller en bas
Niko
Homme-canon
Homme-canon



MessageSujet: Re: Dépassement de dose : attitude à adopter   Jeu 9 Sep 2010 - 19:48

Oui Diabolo tu as raison, et bien sur que ca je le note sur le rapport Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rpcirkus.org/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dépassement de dose : attitude à adopter   Jeu 9 Sep 2010 - 20:15

Je connais très peu le domaine médical, mais quid du prévisionnel dosimétrique et de son respect. je pense que le législateur l'a prévu afin que l'on se ré-interroge en cas de dépassement. Sur les INB le non respect de ce simple point peut donner lieu à une déclaration d'évènement significatif critère 10. dans le seul but d'en tire le retour d'expérience. Jean claude - nouveau sur le forum. Alors mes excuses si j'ai choqué quelqu'un.
Revenir en haut Aller en bas
teuf05
Trapéziste
Trapéziste



MessageSujet: Re: Dépassement de dose : attitude à adopter   Jeu 9 Sep 2010 - 21:24

Sans faire de déclaration à l'ASn une déclaration en interne aurait été un minimum.
>6 mSv, on est loin des 20 mais était-ce justifié ? Mauvais classement ? Problème matériel ? dosimètre qui tombe sous le patient lors d'un scanner (vécu...) ? Pratiques à risque ?
Il y a des questions à se poser, une enquête à mener, une traçabilité à assurer, ce sont les bases de toute démarche d'amélioration continue de la sécurité...
A ce que tu nous dis la PCR ne fait pas son boulot.
La dessus j'ai 2 avis : pcr externe, pas d'excuse, si le client paie et que le boulot n'est pas fait correctement, perso je suis sans pitié, et d'autant plus quand je vois le temps que je passe sur mes externalisations, l'externalisation c'est le nouvel eldorado des pcrs peu scrupuleux qui veulent s'en foutre plein les poches. Dans le tas il y en a des très bons, motivés et tout mais encore faut-il savoir qui prendre !?...
Si c'est un pcr interne, je suis plus mitigé, ça peut être un salarié qui n'a pas les moyens de faire tout simplement son boulot (souvent le cas en médical lorsque c'est internalisé, par exemple un manip radio pcr a 0,000001 %, sans radiamètre...), il est en faute mais bon il fait ce qu'il peut et c'est déjà mieux que rien...
L'autre cas de figure en interne c'est la personne qui s'en fou...idem banzai pour lui !

Je comprends ton sentiment, en ne réagissant pas tu te rends complice...en même temps tu ne peux pas être responsable du mauvais/non travail de la pcr...

en relisant le guide de déclaration page 7 :
"Il est souhaitable que toute personne ayant connaissance d’un événement significatif en matière
de radioprotection le signale au responsable de l’activité nucléaire et, le cas échéant, au(x) chef(s)
D’entreprise concerné(s)."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pcrstrategie.fr
Fred
Homme-canon
Homme-canon



MessageSujet: Re: Dépassement de dose : attitude à adopter   Jeu 9 Sep 2010 - 21:56

kantik a écrit:
bonjour a tous,
si un travailleur classé cat B dépasse la limite de 6 mSv annuelle....il n'est pas en effraction par rapport au CT, la limite annuelle étant au max de 20 mSv pour le travailleur exposé, il doit faire l'objet d'une reclassification en cat A ...
il n'y a pas de déclaration d’évènement à faire à l'ASN, par contre la médecine de travail qui assure le suivi aurait du se manifester....
Kantik modo2
Hello tout le beau monde de la RP,
je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi, un Catégorie B qui a depassé sa limite dosmétrique ne doit pas être reclassé en A : il y a une déclaration d'ESR à réaliser auprès de l'ASN avec analyses des raisons du dépassement de dose. Sinon, à quoi sert une classification en B? Autant en créer plus que deux : les non exposés et les exposés.
Remarque : cela ne nous simplifirait il la tache?

Article R. 4451-36 du CT :
En cas de constat de non-conformité susceptible d'entraîner une exposition des travailleurs au-delà des limites de dose prévues aux articles D. 4152-5(1mSv femme enceinte), D. 4153-34(eq Cat B pour apprenti), R. 4451-12 (20 mSv) et R. 4451-13(dose extrémités /cristallin Cat A), l'organisme ayant réalisé les contrôles mentionnés à l'article R. 4451-32 en informe sans délai l'employeur, qui prend toute mesure appropriée pour remédier à cette situation.
Il n'est pas fait allusion au catégorie B !!!!

@ Niko : ne garde pas ça pour toi, fais en référence à ton responsable d'activité. Perso, avec l'accord de mon RA, je ferais un courrier, en parallèle du rapport réglementaire (principe d'optimisation, c'est quand même une des bases de notre travail)
Fred :pig:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dépassement de dose : attitude à adopter   Jeu 9 Sep 2010 - 22:42

Citation :
Hello tout le beau monde de la RP,
je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi, un Catégorie B qui a depassé sa limite dosmétrique ne doit pas être reclassé en A : il y a une déclaration d'ESR à réaliser auprès de l'ASN avec analyses des raisons du dépassement de dose. Sinon, à quoi sert une classification en B? Autant en créer plus que deux : les non exposés et les exposés.
Remarque : cela ne nous simplifirait il la tache?

Article R. 4451-36 du CT :
En cas de constat de non-conformité susceptible d'entraîner une exposition des travailleurs au-delà des limites de dose prévues aux articles D. 4152-5(1mSv femme enceinte), D. 4153-34(eq Cat B pour apprenti), R. 4451-12 (20 mSv) et R. 4451-13(dose extrémités /cristallin Cat A), l'organisme ayant réalisé les contrôles mentionnés à l'article R. 4451-32 en informe sans délai l'employeur, qui prend toute mesure appropriée pour remédier à cette situation.
Il n'est pas fait allusion au catégorie B !!!!

Seul le dépassement des 6 mSv pour apprenti est un écart au CT. après qu'il y ai un problème d'EDP et de prévisionnel c'est sur... après on peut faire une déclaration d'ESR (se renseigner auprès de la division asn territorialement compétente) mais je pense personnelement que celui ci sera non classé et/ou mis niveau zero et en rex l'asn risque de demander le pourquoi du comment: chose que peut faire de lui même la PCR suite à ton constat... et si une personne en B dépasse ses 6mSv elle doit faire l'objet d'un reclassement en A par la MT .
la différence entre cat A et B, outre les limites de doses donnés par le CT, résultait dans le suivi médical associé...

kantik
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dépassement de dose : attitude à adopter   Jeu 9 Sep 2010 - 23:41

BONSOIR
Je me dois d'intervenir sur ce sujet.
Il n'existe (et je rejoins totalement Kantik assez bien placé pour en parler) qu'une seule limite d'exposition pour les travailleurs exposés.
Qu'un catégorie B dépasse les 6 mSv n'est absolument pas délictuel.
C'est d'ailleurs ce que nous avons formellement indiqué dans les règles générales de radioprotection du CEA.
Cela ne fait même pas l'objet d'un critère de déclaration d'événement à l'ASN et je suis quand même relativement bien placé (là aussi) pour en parler puisque c'est moi qui animait le groupe de travail en interne à l'ASN chargé de les définir !!! Ou alors l'approche à changer.
Je rejoins teuf 05 en disant que cela doit faire l'objet d'un questionnement interne de la PCR et que l'on peut considérer cela comme un événement intéressant la radioprotection (EIR) à l'inverse d'un événement significatif en radioprotection (ESR). D'accord aussi avec Jean-Claude quand il dit que cela doit faire l'objet d'un retour d'expérience en se disant que l'étude de poste a probablement été mal conduite. A voir aussi s'il n'y a pas eu un autre incident derrière ça.
Ne faites pas non plus l'assimilation jeune travailleur = catégorie B. Cela n'a rien a voir. Et là c'est un dépassement de limite délictuel celui là.
Maintenant vous n'êtes pas obligé de me croire !
Bonne soirée
KLOUG
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Guide ASN/DEU/03   Ven 10 Sep 2010 - 8:21

Sans aucun esprit de polémique je vous assure , et bien modestement je vous livre ma vue du critère de déclaration 6-1 selon le guide ASN , et non pas critère 10 comme je l'avais écrit en effet le critère 10 concerne les évènement liés à la Sûreté nucléaire. Ce critère (6-1) un peu fourre tout sert à déclarer tout évènement qui aurait pu impacter la RP. Pour moi dans ce cas la déclaration a pour unique but de travailler selon une méthode d'analyse d'évènements sur les causes de l'écart et de permettre ainsi sa non reconductibilité. C'est le seul but recherché. C'est un geste managérial au sein d'une équipe de travail voulu par le Chef d'entreprise ou son représentant afin de comprendre ce qui a pu conduire à. Il arrive encore qu'une déclaration puisse être vue comme une sanction par les acteurs présents ou concernés par l'évènement. Il est très difficile de faire comprendre à une équipe de travail que le but est d'éviter en analysant que cela ne se reproduise pas. Les échanges avec l'ASN sont souvent riches d'enseignement. Le REX ne progresse que si il est alimenté. Loin de moi également l'idée de mettre en cause le travail de la PCR, je n'ai ni autorité ni compétence pour cela, de plus je ne me le permettrais pas. Enfin il est rare qu'en France les résultats dosimétriques soient challengés, on récompense les respects budgétaires, l'absence d'accidents du travail, la productivité mais rarement l'atteinte d'un objectif dosimétrique réaliste et optimisé. C'est culturel. On atteint ainsi les limites d'un système basé sur l'auto protection. Mais c'est un autre débat. Encore une fois je ne voulais choquer personne, et vous prie de m'excuser si cela a été le cas. Jean claude
Revenir en haut Aller en bas
Fred
Homme-canon
Homme-canon



MessageSujet: Re: Dépassement de dose : attitude à adopter   Ven 10 Sep 2010 - 9:36

[quote="kantik"]
Citation :

.... et si une personne en B dépasse ses 6mSv elle doit faire l'objet d'un reclassement en A par la MT .
la différence entre cat A et B, outre les limites de doses donnés par le CT, résultait dans le suivi médical associé...
kantik
Hello Kantik, et le reste de la troupe...
Pour moi, le suivi médical d'un A ou d'un B est identique : la périodicité de l'examen "conventionnel" est la même et la nature et la périodicité des examens complémentaires sont sous l'entière responsabilité du médecin du travail. Je ne suis pas sûr qu'un manip radio de catégorie A ait des examens complémentaires plus poussés qu'un manip de catégorie B (mais bon, je ne suis pas médecin...)
Le fait de dire qu'en cas de dépassement des limites réglementaires, on reclasse un B en A me gène : à quoi sert le classement en B alors? Je m'éloigne un peu du sujet original, mais bon, pourquoi ne pas créer qu'une seule catégorie de travail exposé : vous êtes considérés comme exposé professionnellement aux RI, ou pas.
Un dépassement d'une limite d'un catégorie B est une situation anormale, mais il est vrai faire un ESR pour ça, c'est peut être un peu excessif, je me suis laissé un peu emporté.... (Ha, c'est ça la jeunesse...)
Je suis tout à fait d'accord avec toi (et ceux qui se sont manifestés aussi....) sur le fait que seul un dépassement des doses "grossesse, les limites cat A (corps entier et extrémité) et pour les jeunes travailleurs âgés de seize à dix-huit ans autorisés lors de leur formation à être occupés à des travaux les exposant aux rayonnements ionisants qui ont les même limites réglementaires que les travailleurs de catégorie B (c'est ce que je voulais mettre en raccourci en notant (eq Cat B pour apprenti) [Hello Kloug]) soit un dépassement réglementaire. D'ailleurs, c'est bien stipulé dans l'article R. 4451-36 du CT.
Mais bon, tout ça, ce n'est que mon point de vue...
Fred :pig:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dépassement de dose : attitude à adopter   Ven 10 Sep 2010 - 14:52

1) pas de chance Niko,tu n'aurais pas du regarder!!
2)Que fait la medecine du travail?????
3)Peut etre que la medecine du travail n' a pas de fiche d'expo et donc de suivi....?
4)La pcr ne peut pas etre au courant!(dosi perso et confidentielle)
5)Si elle a depasser les 6msv là,il y a gros problemes sur ca facon de travailler,ou sur un appareil !foi d'ancien manip!!
6)La PCR externe va devoir remettre a jour ses evaluations dosimetriques!!
7)Ne devrait elle pas non plus passé en surveillance mensuel,si catA ?
Revenir en haut Aller en bas
Pyrénéen
Trapéziste
Trapéziste



MessageSujet: Re: Dépassement de dose : attitude à adopter   Ven 10 Sep 2010 - 18:42

Bonsoir,

Je reste surpris par les non-informations en effet si l'on en croit un célèbre Institut, il y aurait pu y avoir deux alertes.

" Procédure de pré alerte

Si nous mesurons une forte dose sur un dosimètre qui n’engendre toutefois pas de dépassement d’une limite réglementaire, nous en informons dans les 48 heures, par courrier, le médecin du travail, ainsi que le responsable de votre établissement que vous aurez bien voulu nous désigner.


Ce courrier indique les coordonnées de la personne exposée ainsi que la dose reçue.

Les seuils de pré alerte sont fixés à :

· 2 mSv pour une dosimétrie poitrine mensuelle

· 1,5 mSv pour une dosimétrie poitrine trimestrielle

· 25 mSv pour une dosimétrie d’extrémité (bague ou poignet)

· 25 mSv pour la dose peau (mensuel ou trimestriel).


Ainsi, indépendamment de l’envoi de l’ensemble des résultats des porteurs de votre établissement, cette procédure vous permet une grande réactivité en cas de résultats inhabituels constatés chez une personne bénéficiant d’un suivi dosimétrique.

Procédure d'alerte en cas de dépassement réglementaire de dose

Le médecin du travail ainsi que l’employeur sont immédiatement informés dès lors qu’un résultat individuel de la dosimétrie externe d’un travailleur dépasse l’une des valeurs limites d’exposition réglementaires.


Le médecin du travail reçoit un courrier où est indiqué le dépassement de dose instantanée (sur la période de port considérée) et/ou sur les 12 mois glissants avec un formulaire d’enquête à compléter et à nous retourner.

Le responsable de votre établissement reçoit quant à lui, un courrier l’informant d’un dépassement de dose sur une personne nommément désignée sans que soit indiqué la valeur de la dose conformément à la réglementation."

Pyrénéen
Revenir en haut Aller en bas
Fred
Homme-canon
Homme-canon



MessageSujet: Re: Dépassement de dose : attitude à adopter   Ven 10 Sep 2010 - 21:37

Pyrénéen a écrit:

" Procédure de pré alerte...
Les seuils de pré alerte sont fixés à :
· 2 mSv pour une dosimétrie poitrine mensuelle
· 1,5 mSv pour une dosimétrie poitrine trimestrielle
On serait dans le cas n°2, (si port de dosimétrie trimestrielle), et donc pour qu'il y ait dépassement, il faut bien qu'un dosimètre passif trimestriel dépasse 1,5, non?(6mSv/4 = 1,5mSv) et donc normalement, déclenchement de la procédure de préalerte.... Mais que fait la police?modo2
c'est chez qui, ça (I... ou L... ?)
Fred :pig:
Revenir en haut Aller en bas
Pyrénéen
Trapéziste
Trapéziste



MessageSujet: Re: Dépassement de dose : attitude à adopter   Ven 10 Sep 2010 - 21:47

Bonsoir Fred,

J'avais pourtant laissé un I ndice avec un i majuscule.....

Pyrénéen
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dépassement de dose : attitude à adopter   Dim 12 Sep 2010 - 13:58

Merci à tous pour ces messages intéressants !
Je vais essayer de synthétiser ma position, en m'appuyant aussi sur ce qui a été dit.

En cas de dépassement des limites de la catégorie:
1. Rôle du chef d'établisssement :

  • C'est bien lui qui manage, et c'est plus facile dans un cabinet que dans des moyennes structures. Je rejoins Jean-Claude, il est de fait et dans les textes concerné au premier chef par ce dépassement.
  • Il sera aidé par les autres acteurs, mais c'est lui qui doit mettre en oeuvre les actions à entreprendre et vérifier qu'on les a menées au bout.

2. Rôle de la PCR :

  • Elle est le relais du chef d'établissement, mais ne se substitue pas à lui.
  • Elle doit analyser finement ce qui s'est passé et écrira certainement la majeure partie du retour d'expérience (REX). C'est aussi pour cela qu'elle a accès à la dosimétrie des 12 derniers mois.
  • A mon avis, ce qui s'est passé n'est pas le seul souci dans cet établissement, c'est avant tout un révélateur.
  • Je pense aussi que le fait que ce soit une PCR externe a joué un rôle ici, qui est le problème du temps consacré à cette tâche, mais ça doit exister aussi avec des PCR internes débordées ou blasées.
  • Il est plus que temps de refaire les études de poste. Faire le REX amènera naturellement à cela.

3. Rôle du médecin du travail :

  • Hors la périodicité mensuelle en cat A, et trimestrielle ou mensuelle en cat B. Il n'y a pas un suivi dosimétrique type pour le A et un autre pour le B. Le suivi dosimétrique doit être adapté à l'exposition du personnel. Dans le même endroit il y a des personnes qui ont des suivis différents car leur exposition n'est pas la même.
  • Recevant et collectant les résultats dosimétrique sans limite dans le temps, il est en position d'avertir le chef d'établissement et/ou les délégués du personnel (le CHSCT quand l'établissement est plus grand) de ces dépassements.
  • Il reçoit les pré-alertes si le fournisseur de dosimétrie passive en fait. On peut parler clair : LCIE et Dosilab je ne sais pas, mais l'IRSN le fait et ça marche : Médecin du Travail et PCR reçoivent les pré-alertes et peuvent donc réagir. Merci de compléter pour LCIE et les autres.

4. Rôle de l'organisme agréé :

  • Oui pour un courrier auprès du responsable de l'établissement. L'OA est dans son rôle
  • C'est à l'OA de le faire, donc au chef d'agence et non au contrôleur en son nom propre.
  • Ce n'est bien sûr pas à l'OA de déclarer aux tutelles (ne pas confondre avec le CQ), et si le contrôleur le dit à la PCR, on va peut-être encore lui reprocher de faire du conseil ... ;-)

5. Quelle déclaration ?

  • en interne pour le cas présent,
  • j'ose vous rappeler que les Flying Particle ont mis sur le site du RP Cirkus (qui ne se limite pas au forum) un document pour vous aider à faire le registre de radioprotection (http://www.rpcirkus.com/documents-techniques/documents-pour-vous-aider/). Le point 28 de la liste est celui du registre des incidents.
  • Il n'est pas normal que dans un service ce registre reste vierge. Un service qui ne déclare pas (en interne ou externe) est un service qui ne les cherche pas et c'est là que c'est le plus dangereux.
  • Un problème de la déclaration est que ça induit une surcharge de travail : REX, actions correctives, formulaire si déclaration ASN. Et que ça vient en plus du reste. Je le vis à chaque fois.
  • Question à deux cacahuètes, bien sûr reversées aux éléphants du cirkus : Parmi les déclarations faites à l'ASN, combien ont été suivies de la communication du REX dans les 2 mois, comme le prévoit la réglementation ?
  • J'insiste quand même sur l'intérêt de déclarer et l'utilité des REX pour les autres établissements : en radio interventionnelle, en médecine nucléaire, en radiothérapie, en dentaire , en biologie pour ne citer que le médical, j'ai des exemples de REX qui m'ont été utiles car ce qui est arrivé au collègue aurait pu arriver chez moi.
  • Par contre il est difficile, à part la base RELIR (http://relir.cepn.asso.fr/), de récupérer les REX des évènements déclarés.
  • Malheureusement, l'expérience m'a montré qu'à chaque fois, l'établissement qui déclare est montré du doigt, et le service déclarant me le reproche après avoir fait l'objet de remarques de confrères et d'articles dans la presse. Certains vivent très mal cette "sanction" (sic) et j'ai peur qu'ils ne déclarent plus par la suite.
  • Alors je le redis, l'établissement qui ne va pas bien, c'est celui qui ne déclare pas, en interne et/ou externe.

6. Classement / Reclassement :

  • Si l'étude de poste faite/refaite, montre que la dose prévisionnelle est <6 mSv, il n'y a pas de reclassement à faire.
  • Cette surexposition est un incident, si elle amène à un reclassement cat A alors que c'est évitable c'est une régression de la radioprotection.
  • Procéder ainsi, c'est abandonner selon moi l'analyse de risque et le principe d'optimisation.
  • Perso, j'ai créé des catégories qui n'ont pas de légitimité hors les murs : cat C (<5 mSv), D, E etc... jusque G (<1 mSv) qui est un peu différente de la catégorie public. Ces personnes cat G sont exposées et à 1 mSv max /12 mois et non 80 µSv/mois comme le public non exposé. Une travailleuse peut donc passer de la cat G à la cat Public (NE) lorsqu'elle est enceinte.
7. Etonnant, non ?

  • Je rejoins Caledo : si le dosi a été porté correctement, le plus étonnant et le plus grave de tout cela est qu'un manip en cabinet de radiologie a pris plus de 6 mSv, ce qui est à mon avis facilement évitable.
  • Tous les manips de mon établissement travaillant en radiodiagnostic ont une dose prévisionnelle <1 mSv (la cat G que je viens d'évoquer).
  • Sans connaître tout le dossier, je me risque à dire ces mSv inutiles sont un scandale, qui montre que l'obligation de respecter le principe d'optimisation est absente de cet établissement. Se demander si oui ou non ce cas précis franchit les seuils donnés par le principe de limitation est pertinent, mais secondaire.


J'espère qu'une ligne ou deux de ma logorhée vous aura intéressé.

BaldaquInquiet
Revenir en haut Aller en bas
Laika
Trapéziste
Trapéziste



MessageSujet: Re: Dépassement de dose : attitude à adopter   Dim 12 Sep 2010 - 14:40

Bonjour,
Je ne voudrais pas m'attirer vos foudre, mais être PCR Externe rend parfois l'accès aux info impossibles, quelque soit sa bonne foi! Je m'explique, j'ai déjà du reprendre le flambeau à la suite d'autres PCR Interne ou externe à qui le chef d'entreprise n'avait jamais donné l'accès à la BD SISERI! Et pour rejoindre un des clowns qui a parlé de passer beaucoup de temps dans l'externalisation, dans mes démarrage de contrat, mon plus gros boulot (jamais facturé ....), consiste à faire de la mise en conformité rétro-active (avec mon grand âge, je deviens coriace!). J'ai même eu le cas, où le chef d'établissement recevait annuellement la dosimétrie du labo de développement, que sa secrétaire rangeait gentiment dans un dossier "Divers".
Tout ça pour dire : et si tu commençais par téléphoner à la PCR?
Quand au médecin du travail, je me pose une question : Et si le chef d'établissement ne lui a pas donné l'accès à la BD SISERI, il peut accéder aux salariés de l'établissement quand même? Car dans les cas cités plus haut relatifs à la PCR, les medecins du travail non plus n'avais pas eu d'accès!
Laika
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dépassement de dose : attitude à adopter   Dim 12 Sep 2010 - 14:53

Bonjour Laïka,

Parfois la PCR interne a le même souci d'accès aux infos, ça ne te rassurera pas mais te consolera peut-être.
Outre les cas que tu as cités, je peux te dire que personnellement, je n'ai pas de liste exhaustive des personnes entrant en zone dans mon établisssement.
Par contre, même si elle n'a pas accès à SISERI, dont le dossier d'accès doit être fait par le chef d'établissement, la médecine du travail reçoit directement les résultats de dosimétrie passive par le labo qui fournit celle-ci.

SISERI va permettre de compléter par la dosi opérationnelle, ce qui est appréciable en plus de l'aspect réglementaire.

BaldaquIncandescent mais pas foudroyant.
Revenir en haut Aller en bas
teuf05
Trapéziste
Trapéziste



MessageSujet: Re: Dépassement de dose : attitude à adopter   Dim 12 Sep 2010 - 16:10

Laika a écrit:
Bonjour,
Quand au médecin du travail, je me pose une question : Et si le chef d'établissement ne lui a pas donné l'accès à la BD SISERI, il peut accéder aux salariés de l'établissement quand même? Car dans les cas cités plus haut relatifs à la PCR, les medecins du travail non plus n'avais pas eu d'accès!
Laika

Le médecin du travail a accès à l'intégralité de SISERI quelque soit la personne.
De plus le médecin du travail est censé recevoir les résultats de la dosimétrie passive individuelle directement.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pcrstrategie.fr
Fred
Homme-canon
Homme-canon



MessageSujet: Re: Dépassement de dose : attitude à adopter   Dim 12 Sep 2010 - 17:19

Et ben, Baldaquin, quel post (perso, j'aurais mis tout mon week end pour le taper!)
baldaquin a écrit:

6. Classement / Reclassement :
[list]
[*]Si l'étude de poste faite/refaite, montre que la dose prévisionnelle est <6 mSv, il n'y a pas de reclassement à faire.
[*]Cette surexposition est un incident, si elle amène à un reclassement cat A alors que c'est évitable c'est une régression de la radioprotection.
[*]Procéder ainsi, c'est abandonner selon moi l'analyse de risque et le principe d'optimisation.
BaldaquInquiet
C'est un peu/beaucoup ma position, je ne suis pas pour un reclassement en cat A, et j'étais dans l'attente de réactions d'autres Klowns.
Le débat est ouvert!
Fred :pig:
Revenir en haut Aller en bas
 
Dépassement de dose : attitude à adopter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» adopter un Woltarien ou une Woltarienne
» Quelle conduite adopter sur la neige ?
» Adopter un Oiseau
» Chatonne à adopter !!
» chatons deux mois à adopter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum technique de RadioProtection Cirkus :: Aspects pratiques de la Radioprotection :: Le monde médical-
Sauter vers: