Forum technique de RadioProtection Cirkus

Le portail de la RadioProtection pratique et opérationnelle - www.rpcirkus.org
 
RP CirkusRP Cirkus  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Relations entre l'Etat et TEPCO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Relations entre l'Etat et TEPCO   Sam 26 Nov 2011 - 23:20

Et en plus attention, par capital je voulais dire les actions (c'est plutôt 6,5 que 4,5 milliards d'ailleurs, j'ai mal calculé en plus). L'investissement total (capitaux propres, y compris retained earnings, et dettes) est de 130 milliards environ. Voilà, je crois que là ça va. NB je ne suis pas comptable, en fait, j'ai parfois du mal!

P
Revenir en haut Aller en bas
jsp
Acrobate
Acrobate



MessageSujet: Re: Relations entre l'Etat et TEPCO   Dim 27 Nov 2011 - 12:51

J'étais allée sur le site Bloomberg businessweek, mais les items sont absolument du chinois pour moi...
même dans les résultats annuels en français publiés par les sociétés
Cool
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Relations entre l'Etat et TEPCO   Dim 27 Nov 2011 - 16:52

Hi there,

en fait c'est pas très dur même pour des non spécialistes (et j'en suis un...):
l'onglet essentiel c'est l'onglet "Financials", sous-onglet "Financial statement", sous-sous onglet "balance sheet".

actifs + prêts = capital + dettes c'est l'équation de base du bilan,
d'un côté, tout ce qui a été acheté, dépensé ou prêté par l'entreprise: de l'autre le capital (donné par les actionnaires ) et tout l'argent emprunté d'une façon ou d'une autre, qui a précisément servi à payer pour ce qu'il y a de l'autre côté.

pour Tepco, en milliards de $ histoire de faire + vite (y'a un lien pour "view in dollars"):

140 milliards de dollars empruntés dont 30 milliards à court terme, 9 milliards de capital versé par les actionnaires (et pas 5, j'avais vraiment écrit mon truc trop vite hier), 26 milliards de réserves accumulées sur les gains des années précédentes, total 175 milliards reçus.

De l'autre côté, 2 milliards détenus en cash, 5 milliards investis en investissements mobilisables vite (genre livret postal -non je blague), 28 milliards placés en investissements de long terme, et 140 milliards investis en actifs divers dont 135 milliards dépensés pour les centrales possédées, total 175 milliards dépensés

Le bilan est séparé du "income statement", cf. sous-sous onglet d'à côté, qui donne les flux d'entrée et de sortie (recettes et dépenses).

69 milliards de recettes; 57 milliards de coûts de production ("cost of goods sold"), 7 milliards de frais généraux, 5 milliards de revenu ("operating income"). Après il y a toutes sortes de manips comptables complexes pour aboutir à un résultat net, c'est là qu'on se retrouve avec des opérations qui vous font atterrir en prison pour créativité comptable excessive.

Oilà oilà. Désolé pour les erreurs de chiffres ici et là, c'est à cause de fautes d'inattention de ce genre que j'ai terminé en sciences molles!

PG
Revenir en haut Aller en bas
jsp
Acrobate
Acrobate



MessageSujet: Re: Relations entre l'Etat et TEPCO   Ven 6 Jan 2012 - 12:59

http://www.lefigaro.fr/societes/2011/12/28/04015-20111228ARTFIG00355-dix-mois-apres-fukushima-tepco-pourrait-etre-nationalise.php
Dix mois après la catastrophe nucléaire, le gouvernement japonais envisage la reprise par l'État du groupe aux abois.
Près de dix mois après la catastrophe nucléaire de Fukushima, la situation de Tepco, l'exploitant de la centrale aux quatre réacteurs détruits, est plus incertaine que jamais. Mercredi, l'action de Tokyo Electric Power (Tepco) a encore perdu 12% à la Bourse de Tokyo, s'effondrant à son cours le plus bas depuis… 1974. Les investisseurs réagissaient à l'éventualité d'une nationalisation, évoquée mardi soir par le ministre de l'Industrie, Yukio Edano, à l'issue d'un rendez-vous avec le président de Tepco, Toshio Nishizawa.
Colossales échéances financières
La veille, Tepco avait sollicité l'État pour une aide supplémentaire de 689 milliards de yens (6,8 milliards d'euros) destinée à indemniser les victimes de l'accident nucléaire consécutif au tsunami du 11 mars. «Je veux que vous examiniez toutes les options, y compris une prise de contrôle provisoire de Tepco par le gouvernement», a répondu le ministre.
Pour faire face à ses colossales échéances financières - des indemnisations évaluées à 44 milliards d'euros d'ici à 2013 plus le coût de la mise en sécurité de la centrale de Fukushima Daiichi - Tepco plaidait pour une augmentation tarifaire et le redémarrage de ses autres centrales.
Actuellement, seuls huit réacteurs japonais, sur les cinquante-quatre en service avant la catastrophe, fournissent du courant. Le Japon est contraint d'augmenter ses importations de gaz naturel liquéfié (GNL) et de fioul. Dans ce contexte de hausse du prix de l'énergie, Edano a mouché le patron de Tepco en lui répliquant que la hausse des tarifs n'est pas un «droit» des compagnies.
Sur le front boursier, le titre Tepco a plongé de 91% depuis le 11 mars. Plus de 30 milliards d'euros de capitalisation boursière se sont ainsi volatilisés. Cette crise de confiance sur les marchés financiers n'est que le reflet de celle qui prévaut dans le pays réel.
Communication défaillante
Tepco a été sévèrement critiqué dans un rapport d'experts commandé par le gouvernement, publié lundi. Les experts reprochent à la compagnie de ne pas avoir «formé ses équipes pour répondre à une situation dans laquelle toutes les sources électriques seraient simultanément interrompues dans plusieurs réacteurs». Tepco n'a pas su réagir à la catastrophe et aurait pu, selon le rapport, limiter les dégâts en relâchant volontairement de la pression et en injectant de l'eau plus tôt.
Les services de l'État ne sont pas épargnés par ce document, qui dénonce une communication défaillante entre fonctionnaires et employés de Tepco ainsi que des erreurs commises lors de l'évacuation des riverains. Ces derniers auraient été momentanément poussés vers des zones plus contaminées. Comme le rappelle fréquemment l'Autorité de sûreté nucléaire française, la gestion de la catastrophe nucléaire prendra des décennies.

+ article dans Yomiuri ce vendredi
commentaire Frédéric Charles dans le journal de 12h 30 de France Culture ce vendredi 6 janvier
Revenir en haut Aller en bas
jsp
Acrobate
Acrobate



MessageSujet: Re: Relations entre l'Etat et TEPCO   Ven 6 Jan 2012 - 20:48

http://www.yomiuri.co.jp/dy/national/T120106005620.htm
Fukushima exposes contradictions / Nuclear crisis prompts govt to rethink private companies' operation of N-plants
Hiroshi Ikematsu / Yomiuri Shimbun Staff Writer
The government's moves to overhaul the state's nuclear policy were prompted by serious contradictions discovered in that policy, as a result of the nuclear crisis at the Fukushima No. 1 nuclear power plant.
Although the Law on Compensation for Nuclear Damage stipulates that electric companies have unlimited liability in the case of accidents, the government had no choice but to support Tokyo Electric Power Co.'s efforts to pay compensation for damage caused by the Fukushima crisis. Therefore, the government plans to overhaul the law, including a review of utilities' unlimited liability.
If it does so, however, entrusting utility companies with the operation of cost-efficient nuclear power plants, the companies may just siphon off profits and push the risk of accidents onto the state.
Hence, the government likely will review the current system in which electricity companies possess and operate nuclear power plants. There are various options for overhauling the nation's nuclear policy:
-- Bringing the operation and management of nuclear power plants under state control, completely separating the plants from utility firms.
-- Entrusting only the operation of plants to the state.
-- Managing plants through a public organization funded jointly by the public and private sectors.
A new system of managing nuclear power generation may have a serious impact on the earnings of utility firms such as Kansai Electric Power Co. Nuclear power plants provide a large share of KEPCO's profits.
The separation of nuclear power plants from electricity firms may require passage of a resolution at the companies' general meetings for shareholders. However, it is highly possible such resolutions would have difficulty passing.
===
Edano: Fair competition needed
The Yomiuri Shimbun
The following is a Yomiuri Shimbun interview with Economy, Trade and Industry Minister Yukio Edano:

The Yomiuri Shimbun: The crisis at the Fukushima No. 1 nuclear power plant has brought to light problems with the government policy of entrusting the management and operation of nuclear power plants to private utility firms.

Yukio Edano: Electric companies have been collecting revenue from nuclear power plants. But after the outbreak of the nuclear crisis, [Tokyo Electric Power Co.] cannot pay for the damage [by itself ] and is using taxpayers' money, which has made it very unclear [where the responsibility lies]. It should be clarified whether they will take all the risks [of operating nuclear plants], or give up the perks they enjoy and ask the government to handle the management.

Concerning who should operate the power plants, we'll hammer out a course of action by summer based on discussions in the Energy and Natural Resources Committee [the economy minister's advisory body] and a decision by electric companies.

Q: The government has proposed four types of reform to force utilities to separate power generation from power transmission and distribution, toward liberalization of the power supply business.

A: It's necessary to set up a system in which [users] can choose electric companies and power rates. The power transmission section [monopolized by electric firms] has become an obstacle to increasing renewable energy sources and the number of new companies entering the business. So we should institute a fair power transmission system.

Japanese utility firms separate the accounting for their power transmission sections, which has hindered [new entrants] from participating in the business for fair competition.

The most likely option is that various enterprises generate power while neutral entities transmit the electricity. Furthermore, it is necessary to greatly strengthen "tie lines" [that connect different electricity systems through which the firms buy and sell electricity]. So, we'd like to intensify public involvement [in the power business.]

Q: What will happen to the temporary state control of TEPCO?

A: Society will not allow that company to rebuild [as a new TEPCO] by casting off its responsibility for such things as compensation for the nuclear crisis and decommissioning the plant. There's a high possibility [the government] will need [to put TEPCO under complete public control] for decommissioning and compensation.

But it is essential for the private sector to shoulder the responsibility to supply electricity. We don't intend [to keep the firm] under state control forever.

Q: What will you do about the management of other electric companies?

A: Other companies' situations are different from that of TEPCO. But the structure--monopolizing local areas' power supply and hindering new entrants--is not socially acceptable. We'd like to create a situation in which winners are determined by the efforts of their management in an environment of fair competition.
(Jan. 7, 2012)
Revenir en haut Aller en bas
jsp
Acrobate
Acrobate



MessageSujet: Re: Relations entre l'Etat et TEPCO   Dim 8 Jan 2012 - 22:29

http://www.yomiuri.co.jp/dy/business/T120104005741.htm
The government is contemplating establishing a public entity to undertake the centralized management of electricity supplies, a move aimed at breaking utilities' long-standing monopolies in both the power generation and supply sectors,
The envisaged public entity will be modeled after the Independent System Operator (ISO) of the United States, the sources said.
The ISO covers a power grid that transmits electricity to points near consumption sites, substations that adjust voltage and other elements for use in households and factories.

On envisage de séparer le transport et la distribution d'électricité de la production de celle-ci.
Transport et distribution seraient une entité publique sur le modèle de l'ISO états-unien "opérateur indépendant de système"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Relations entre l'Etat et TEPCO   Dim 8 Jan 2012 - 23:59

Bonjour tout le monde, et bonne année!

J'ai été négligent ces dernières semaines, et remercie du fond du cœur jsp, karl, pif, et tous les autres qui ne sont pas des lâcheurs, eux!
Deux/trois remarques en complément si je puis me permettre:
- l'action Tepco est aujourd'hui à 173, son plus bas niveau jamais atteint depuis sa création en 1951

- les prêts du fonds sont censés être utilisés seulement pour payer les compensations aux victimes, pas pour le démantèlement de F-D. Mais Tepco a dû dire ces dernières semaines à Edano & Co. qu'ils n'ont pas les moyens de payer pour F-D, d'où le plan de recapitalisation à 1000 milliards de yens qui ferait de Tepco une Cie possédée (en partie) par le gouvernement.

- je n'ai cependant pas tout compris, et ne suis pas sûr de tout comprendre. La nationalisation temporaire signifie-t-elle une prise de contrôle réelle? S'agit-il d'actions nouvelles, ou de prêts? Si ce sont des actions, à quelle condition cette recapitalisation se fait-elle pour les actionnaires devenus minoritaires? Que devient la dette aux banques? Est-ce une vraie nationalisation, ou une socialisation des pertes?

- Pour l'article cité par jsp ci-dessus: ça serait bien que les journalistes se renseignent avant d'écrire. Wikipedia est en accès libre, il me semble
http://en.wikipedia.org/wiki/Regional_transmission_organization
LES Iso et Rto aux States sont des syndicats de producteurs ayant choisi de mutualiser la distribution haute tension. De telles organisations ne peuvent évidemment pas empêcher les compagnies électriques QUI LES POSSEDENT de cartelliser ou d'agir comme des monopoles locaux. je ne sais pas si la Californie avait un ISO ou RTO quand les compagnies californiennes ont décidé déclencher une crise d'approvisionnement totalement artificielle pour faire grimper les prix en 2000-2001, mais ça ne m'étonnerait pas autrement... Donc nationaliser le réseau de distribution, c'est bien joli, mais tout dépend de la façon dont les producteurs sont réglementés ensuite, en fait, à la fois dans la production et dans leur rapport avec la distribution. J'ai l'impression qu'Edano a plutôt en tête quelque chose comme le réseau EDF en France, ou Réseau Ferré de France.

PG
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Relations entre l'Etat et TEPCO   Lun 9 Jan 2012 - 0:10

Bonus gratuit: d'après un livre en japonais: TEPCO est étroitement liée à des familles Yakuza. L'entrelacement TEPCO/Yakuza vient d'être dénoncé dans un livre en japonais, et il se pourrait que ce soit un des éléments dans l'évolution actuelle du gouvernement vers une possible prise de contrôle. Qui doit être combattue bec et ongles en ce moment même dans des tas de réunions derrière des portes capitonnées, ça ferait un bon film tout ça.

Bon, faut voir qui gagne: de nos jours, la gouvernance mafieuse a tout-à-fait le vent en poupe, URSS, Pays de l'Est, Chine, Afrique, sans parler de certains dirigeants locaux de communes, départements ou régions d'un pays qui commence par F et finit par E mais que je ne nommerai pas parce que j'ai juré à Scully de pas faire de politique Wink . Donc pourquoi pas le Japon?

Bref, une excellente lecture en japonais pour ceux qui peuvent, résumé en anglais ici

http://www.theatlanticwire.com/global/2011/12/yakuza-and-nuclear-mafia-nationalization-looms-tepco/46803/

PG
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Relations entre l'Etat et TEPCO   Lun 9 Jan 2012 - 9:03

Bonjour
Très intéressant cet article.
Et effectivement ce n'est pas de la politique car plutôt un état des lieux mené par un journaliste.
Merci Pierre.
KLOUG
Revenir en haut Aller en bas
jsp
Acrobate
Acrobate



MessageSujet: Re: Relations entre l'Etat et TEPCO   Lun 9 Jan 2012 - 19:41

fonds pour payer les victimes
http://mdn.mainichi.jp/perspectives/news/20120109p2a00m0na005000c.html
seulement la moitié des foyers éligibles à demander des compensations l'a fait pour l'instant
beaucoup des gens attendent que la/leur situation se stabilise
s'ils demandent une compensation maintenant, ça risque de donner un quitus les empêchant d'avoir une rallonge plus tard.
extrait :
So why have disaster victims been slow to apply for recompense?
"Because the crisis hasn't ended yet," an acquaintance of mine from Fukushima who's evacuated to Yamagata Prefecture says. "We're still in the midst of it."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Relations entre l'Etat et TEPCO   Mar 10 Jan 2012 - 23:11

Bonsoir,

quelqu'un, quelque part, à dû décider quelque chose sur la façon dont la "nationalisation" sera réalisée. On le saura dans 2, 6 ou 15 jours, mais quelqu'un d'autre, quelque part le sait aussi déjà: l'action Tepco est remontée en UNE journée de 163 à 215, + 25%.

Autant vous le dire: la technostructure japonaise ne m'amuse plus du tout...

Pierre
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Relations entre l'Etat et TEPCO   Sam 21 Jan 2012 - 20:04

"Nationalisation" de Tepco, suite: un article du mainichi

http://mdn.mainichi.jp/mdnnews/news/20120121p2g00m0dm010000c.html

(le blog gen4 avait repris le premier cet après-midi cette info de Voix de la Russie, c'est ce qui m'a fait dresser l'oreille et le google, mais l'article Mainichi est plus complet).

En fait, il n'est pas du tout sûr qu'il s'agit d'une nationalisation:

- la compagnie continuerait à être cotée en bourse
- l'Etat injecte 1 trillion de yens (10 milliards d'euros) et devient "propriétaire", mais on ne sait toujours pas sous quelle forme: augmentation de capital générant de nouvelles actions possédées par l'Etat? Si oui, ces actions ont-elles le même statut que les actions existantes? C'est sur ce genre de détail que la nature d'une prise de contrôle s'analyse, et pour l'instant on a 0 détails.
- retour à la profitabilité en 2013: ça ne tient debout que si l'entretien de Fukushima et les indemnisations sont sortis du bilan et entièrement imputés à une autre entité, par exemple au "Fonds de facilitation du passif créé par les dommages nucléaires", l'entité d'Etat orwellesquement baptisée et chargée d'entretenir Tepco dans les années qui viennent. Je ne sais pas par quel tour de passe-passe c'est possible.
- au passage, le gouvernement japonais autoriserait une hausse de l'électricité et la relance du programme nucléaire. Ce qui n'ira d'ailleurs pas forcément tout seul.
- les banques accepteraient de restructurer la dette de Tepco, et de réinjecter 10 milliards en plus.

Le plan ressemble fort à une tentative de maintenir artificiellement en vie Tepco comme compagnie semi-privée, et donc de maintenir un flux de dividendes sur les actions existantes. Ledit plan explique sans doute la légère remontée de l'action Tepco, qui se maintient vers 210/220 yens (cf. supra). En tout cas, le coup du retour à la profitabilité en 2013, j'avoue que ça m'a laissé assis!

PG
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Relations entre l'Etat et TEPCO   Ven 30 Mar 2012 - 9:32

Bonjour
Un article dans LES ECHOS
http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/0201979662696-nucelaire-l-electricien-japonais-tepco-demande-l-aide-de-l-etat-307235.php?xtor=AL-4003-[Choix_de_la_redaction]-[Nuc%C3%A9laire%C2%A0:%20l%27%C3%A9lectricien%20japonais%20Tepco%20demande%20l%27aide%20de%20l%27Etat]

Nucléaire : L'électricien japonais Tepco demande l'aide de l'Etat
L'électricien a formellement demandé au gouvernement de lui accorder 9,1 milliards d'euros en capital et un prêt de 7,7 milliards d'euros. En contrepartie de ces versements, le ministre de l'Industrie veut obtenir sa nationalisation.
Écrit par Jean Michel GRADT

Tokyo Electric Power Company (Tepco), l'opérateur de la centrale de Fukushima détruite par le tsunami du 11 mars 2011, demande l'aide de l'Etat japonais afin de lui éviter la faillite. La direction de l'électricien a formellement décidé jeudi d'une part, de demander au gouvernement de lui accorder une injection de capital de 1.000 milliards de yens (soit 9,1 milliards d'euros) et d'autre part, de lui prêter 850 milliards de yens (7,7 milliards d'euros), rapporte l'agence Kyodo.

Si ces deux requêtes parallèles sont acceptées par le gouvernement nippon de centre-gauche, le total des fonds publics injectés dans Tepco depuis la catastrophe atteindra au total 3.500 milliards de yens (31,8 milliards d'euros).

Selon la presse nippone, le ministre de l'Industrie et du Commerce, Yukio Edano (photo), qui doit valider dans les prochains jours ce nouveau plan de soutien à Tepco, n'acceptera d'aider encore la compagnie privée qu'en échange d'une prise de participation majoritaire à son capital. Selon des source proches du dossier, l'Etat voudrait même une option pour porter sa participation à 66 % du capital si l'entreprise traîne les pieds pour mettre en oeuvre les réformes. Mais les deux parties ne sont pas encore tombées d'accord sur le niveau exact de la future participation de l'Etat.

Reste que la demande de Tepco ouvre la voie à la l'élaboration d' un business plan qui sera bientôt à être soumis à M.Edano. Pour l'heure, la présentation de ce nouveau business plan a été retardée par la recherche d'un nouveau président. Ce dernier devra surmonter d'énormes difficultés pour opérer un retour à la rentabilité. En effet,Tepco, qui alimente en électricité plus de 45 millions de personnes dans le centre du pays ne parvient pas à faire face, seul, à l'explosion de ses dépenses. Il doit à la fois financer le programme de compensation des victimes de la catastrophe _ d'où la demande de prêt de 850 milliards de yens_ , démanteler les réacteurs de sa centrale de Fukushima détruite par le tsunami (ce qui prendra 40 ans) et acheter en masse du pétrole et du gaz naturel pour alimenter ses centrales thermiques, dont la production doit compenser l'arrêt de ses 17 réacteurs.
Période de doute

Le sauvetage de Tepco survient dans une période de doutes quant à l'avenir même de la politique du Japon en matière d'énergie atomique. Le 11 mars dernier, lors de la cérémonie qui s'est déroulée à Tokyo pour le premier anniversaire de la catastrophe de Fukushima, le Premier ministre nippon, Yoshihiko Noda, a pris cet engagement : « Nous mènerons à bien la mission historique qui est la nôtre de permettre la renaissance de notre nation.». Si les propos se voulaient rassurants, de plus en plus de Japonais se montrent sceptiques quant à la capacité du pouvoir politique à faire face à cette tâche. Et, en un an, le fossé s'est creusé entre l'opinion publique et la classe politique et administrative, accusée d'incompétences dans la gestion de la catastrophe.

Sur les 54 réacteurs qui composent le parc de l'archipel, un seul _ le réacteur n° 3 de la centrale de Tomari exploitée par Hokkaido Electric's _ est encore en service jusqu'au 5 mai et le gouvernement recherche le soutien des autorités locales pour redémarrer les unités fermées.

J-M.G (AVEC AGENCES)

KLOUG
Revenir en haut Aller en bas
jsp
Acrobate
Acrobate



MessageSujet: Re: Relations entre l'Etat et TEPCO   Dim 25 Aoû 2013 - 15:55

PERTES & PROFITS par Jean-Baptiste Jacquin

Ubu au cœur du réacteur nucléaire

Tokyo Electric Power
On a tendance à l'oublier au fil des informations alar­mantes qui suintent des réacteurs nucléaires endommagés de Fukushima, l'opérateur Tepco reste coté en Bourse et redevable devant ses actionnaires. La plupart des analystes financiers ont renon­cé à suivre la valeur. Mais Tokyo Electric Power, son vrai nom, n'a pas renoncé à tenter de séduire les investisseurs.
Cette situation devient tota­lement aberrante, car l'entre­prise, en situation de crise per­manente, doit gérer des injonc­tions contradictoires. La lectu­re de son rapport annuel a quel­que chose d'ubuesque. Dans la lettre aux actionnaires et aux investisseurs qui l'introduit, le président du conseil d'admi­nistration et celui du comité de direction « s'excusent le plus profondément» de ne pas ver­ser de dividende pour la deuxième année consécutive. Côté présentation de la stra­tégie, chacun jugera l'esprit de synthèse des dirigeants du groupe. «Simultanément, Tepco met en œuvre ses plus grands efforts pour le démantèlement des unités 1 et 4 de la centrale (...) et pour assurer la fourniture d'électricité tout en poursuivant ses initiatives au regard des réfor­mes de l'énergie nucléaire et de ses efforts constants de réduction des coûts destinés à renforcer sa situation financière et sa structu­re de profits», écrivent-ils.
Concilier l'inconciliable
Certaines voix commencent à s'étonner à Tokyo de l'incapacité de Tepco à concilier l'inconcilia­ble. Il faut dire que, outre les fui­tes incessantes d'eau radioacti­ve souterraine dans l'océan Paci­fique, la découverte cette semai­ne de 300 tonnes d'eaux haute­ment toxiques échappées d'on ne sait quel réservoir ajoute à l'idée que l'opérateur, malgré tous ses efforts, apparemment sincères, n'y arrive pas
Vendredi 23 août, Taro Kono, le secrétaire général adjoint du Parti libéral-démocrate, le parti du premier ministre Shinzo Abe, a déclaré dans une interview que «le démantèlement des réac­teurs, la question de l'indemnisation des victimes et celle de l'eau contaminée sont autant de sujets qui dépassent les compé­tences du management de Tepco». Sans blague...
Les négligences tant en matiè­re de surveillance de ces eaux radioactives que d'information des autorités sur les incidents ont été sévèrement pointées du doigt par l'Autorité de régula­tion nucléaire du Japon (ARN). L'ancien patron de la commis­sion américaine de contrôle du nucléaire, Dale Klein, dans un rapport remis à Tepco quelques jours avant les incidents de cette semaine, préconise de confier à une autre société spécialisée la décontamination du site.
Les idées simples ne sont pas toujours les plus mauvaises. Cet­te clarification serait peut-être de nature à améliorer les procé­dures à Fukushima. Et pourrait également mettre fin aux étran­ges spéculations sur l'action Tepco. A la Bourse de Tokyo, la valeur, qui a perdu 21% cette semaine, affiche néanmoins un gain de 150 % depuis le début de l'année ! Pas de quoi s'excuser.
jacquin@lemonde.fr

repris sur le Monde papier du 25-26 août 2013


Revenir en haut Aller en bas
jsp
Acrobate
Acrobate



MessageSujet: Re: Relations entre l'Etat et TEPCO   Jeu 19 Sep 2013 - 22:57

http://www.asahi.com/english/
Tokyo Electric Power Co. put off dealing with radiation-contaminated water at its crippled nuclear power plant more than two years ago because it feared the cost of fixing the problem could bankrupt the utility. (Sept. 19)
http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0203014843050-cette-nuit-en-asie-revelations-sur-l-incroyable-mensonge-de-tepco-a-fukushima-606902.php
Fukushima : les négligences de Tepco révélées
Par Gabriel Gresillon et Yann Rousseau | 19/09 |
Tepco, l’opérateur du site de Fukushima, avait volontairement négligé la gestion des eaux contaminées dès le mois de mai 2011, pour des raisons financières et boursières. Le gouvernement de l’époque aurait avalisé la situation.

En mai 2011, deux mois après la destruction par un tsunami de 4 réacteurs de la centrale de Fukushima, les ingénieurs de Tepco, l’opérateur, ont réalisé que d’énormes quantités d’eau souterraine pénétraient dans les sous-sols des bâtiments et créaient une dangereuse accumulation de liquides radioactifs. Malgré une confirmation de cette analyse par des experts américains, Tepco a sciemment décidé de ne pas lancer le chantier nécessaire à l’endiguement de ces eaux de peur d’engager de nouvelles dépenses qui auraient effrayé ses investisseurs.

En révélant cette information, deux anciens membres de l’administration au pouvoir au Japon lors de la catastrophe ont expliqué que Tepco leur avait indiqué qu’il comptait repousser à plus tard la construction d’une enceinte souterraine imperméable autour de la centrale, dont le coût était estimé à 100 milliards de yens (1 milliard de dollars). « Si nous incluons maintenant ce coût de construction à nos comptes, le marché considérera que nous sommes menacés par la faillite », avait alors précisé un cadre de l’entreprise à Banri Kaieda, le ministre de l’Industrie de l’époque, et à Sumio Mabuchi, qui servait de conseiller spécial à l’ex-Premier ministre Naoto Kan.
Promesse non tenue
Promettant d’enclencher ces travaux plus tard, Tepco aurait, en échange, demandé au gouvernement de rester vague sur ces problèmes d’eau contaminée. Une consigne à laquelle le pouvoir politique a obéi. « Mais Tepco n’a ensuite pas tenu sa promesse », a regretté Sumio Mabuchi. Deux ans et demi plus tard, l’accumulation de 330.000 tonnes d’eau radioactive s’est imposée comme un problème majeur. Voulant mettre en scène la fermeté de Tokyo sur ce dossier, le Premier ministre, Shinzo Abe, a passé, ce jeudi, trois heures sur le site et s’est longuement fait expliquer l’avancée des travaux de sauvetage.
A l’issue de sa visite, il a demandé, pour la énième fois, à Tepco de régler « le problème de fuites d’eau » contaminée et de « fixer un calendrier ». Il a aussi appelé le groupe à démanteler les tranches 5 et 6 de la centrale, qui avaient été épargnées par la catastrophe. Poliment, Naomi Hirose, le président de Tepco, lui a répondu qu’il étudierait cette idée à la fin de l’année.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Relations entre l'Etat et TEPCO   Jeu 19 Sep 2013 - 23:13

Bonsoir
J'ai même vu un chiffrage plus élevé concernant les volumes d'eau contaminés : 437 000 tonnes !
KLOUG
Revenir en haut Aller en bas
 
Relations entre l'Etat et TEPCO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» Les relations entre jumeaux , jumelles....
» PRESSE et POLICE, JUSTICE ou POLITIQUE, des relations parfois tendues...
» ENV avec enfants dans lieux publics (parc, aire de jeux, ...
» Un peu d'histoire de l'afrique du Nord.
» relations entre femmes et entre homme...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum technique de RadioProtection Cirkus :: Coin-café, buvette et vente de bonbons :: Débats et decryptage de l'actualité :: Spécial Japon-
Sauter vers: